Supports vidéo : Sony, Fuji et Maxell condamnés pour entente

Régulations

La commission européenne vient de condamner les trois groupes à une amende de 75 millions d’euros d’amende

Selon elle, les membres de ce trio se sont entendus pour fixer les prix des cassettes vidéo vendues aux professionnels (ndlr : betacam) en violation du principe du libre jeu de la concurrence.

Les deux formats de cassettes concernés sont : le Betacam SP et le Digital Betacam. En 2001, les ventes européennes de ses équipements ont représenté un montant total de 115 millions d’euros.

Les clients de ces cassettes sont les chaînes de télévision, les producteurs indépendants, et les réalisateurs de programmes TV, et les publicitaires.

À eux trois, Sony, Fuji et Maxell, contrôlent 85% de ce marché.

D’après la Commission européenne, 11 rencontres se sont déroulées entre les trois champions du secteur. Réunions pendant lesquelles, ils se sont entendus pour fixer les prix et échanger des informations commerciales confidentielles.

L’enquête, a été menée à la demande de la Commission. Et plusieurs inspections surprises ont été menées dans les locaux européens des trois groupes en mai 2002. Ces visites ont débouché sur la découverte de nombreuses preuves confirmant les activités anti-concurrentielles du “cartel”.

Lors du procès, un employé de Sony a refusé de répondre aux questions des enquêteurs et un autre a dissimulé des preuves. Fuji et Maxell ont coopéré et répondu aux questions de la Commission.

Conséquence l’amende de Sony a été augmentée de 30% pour obstructions au déroulement de l’enquête.

Les peines de Fuji et Maxell ont été réduites respectivement de 40% et 20% parce que les deux groupes ont collaboré.

L’amende de Sony est de 47 millions d’euros, Fuji va devoir payer 13 millions de dollars et Maxell 14 millions.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur