SVG : les navigateurs adoperont-ils ce mode graphique?

Régulations

L’adoption de SVG, langage XML graphique en mode natif, par les navigateurs Internet alternatifs Firefox et Opera, pourrait marquer une étape vers la prochaine génération de Web graphique. Mais prudence, Microsoft n’a pas indiqué sa stratégie?

Nous étions confrontés au problème classique de la poule et de l’?uf !“, Chris Lilley, représentant du SVG Working Group au sein du W3C, résume ainsi décrit le dilemme du SVG. “S’il n’y a pas suffisamment de contenu, les gens n’ont pas besoin d’implémenter le SVG. Et s’il n’y a pas d’implémentations, il n’y a pas de contenu?“. SVG (Scalable Vector Graphics“) est un langage de description des graphismes basé sur XML. Présenté comme le support de la prochaine génération des graphismes Web, il peine à séduire les développeurs. Ainsi, pour afficher un fichier SVG en ligne, il est nécessaire de télécharger un ‘plug-in’, comme le SVG Viewer d’Adobe. La poule et l’?uf? L’internaute hésite à télécharger des plug-ins, surtout lorsqu’ils lui sont méconnus ; et les développeurs ne supportent pas le SVG qui n’est pas (encore) un standard… Mais les choses pourraient rapidement changer ! Opera Software est le premier éditeur à intégrer le support du format SVG en standard, sur la dernière version bêta de son navigateur. Il sera rapidement suivi par la Fondation Mozilla, qui a indiqué que son navigateur Firefox intègrera le support de SVG dès la version 1.1, attendue dans les mois à venir. Le support de SVG sur Internet Explorer passe par des plug-ins, et Microsoft n’a encore rien indiqué quant au futur IE 7.0. Le choix du support de SVG est stratégique à plus d’un titre, et pas seulement pour les navigateurs Web. En effet, ce format est largement supporté par les périphériques mobiles, dont les téléphones. Par exemple, le 3GPP (3rd Generation Partnership Project) a commencé à la déployer sur le GSM. Que ce soit sur Internet ou sur les périphériques mobiles, SVG possède un énorme potentiel d’extension des capacités de visualisation. Il devrait offrir aux développeurs une possibilité de renforcer leurs technologies, dans l’affichage ou la construction de nouvelles interfaces créatives. SVG, l’alternative au Flash

SVG est un format au standard ouvert, et non pas propriétaire, ce qui le différentie du Flash, qui est une technologie de Macromedia. En revanche, comme lui il dispose de capacités d’animation et d’intégration multimédia. Dérivé du XML, il est proche des standards Web, comme XForms, XHTML et XML Schema. A ce titre, il peut donc participer à l’évolution de l’Internet à partir des technologies les plus récentes. Une ombre plane cependant sur son avenir, l’absence d’engagement de Microsoft sur le format ! Le géant du logiciel affirme sa neutralité sur les standards, mais sa position de leader sur le marché des navigateurs avec IE fait que ses choix risquent de s’imposer. Mais Microsoft n’est pas le seul à pourvoir jouer sur l’avenir de SVG. Apple par exemple n’a pas encore indiqué si SVG sera supporté par Safari, le navigateur intégré à Mac OS X. L’avenir du format pourrait donc venir moins de l’Internet que des applicatifs de dessin. Il est déjà supporté par Adobe Illustrator et par Corel Draw. Quant aux applicatifs de dessin technique, GIS ou CAD, ils disposent pour la plupart de l’export en SVG.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur