Swisscom pourrait contrôler Telekom Austria

Régulations

L’opérateur helvétique a confirmé ce 17 août qu’il était en négociation avec son homologue et voisin autrichien, pour une éventuelle fusion. Aucune décision encore n’a été officialisée

Aux termes des échanges menés jusqu’ici, Swisscom pourrait acquérir 17% des actions que l’Etat autrichien détient encore, à hauteur de 47,2%, dans Telekom Austria. Au cours actuel de l’action, cette part représente 1,2 milliard d’euros. Swisscom pourrait débourser entre 15 et 16 euros par action. Mais il est possible que l’organisme de contrôle des privatisations en Autriche, l’ÖIAG, mette son véto et préfère placer les titres sur le marché. En revanche, constate le quotidien Les Echos, si l’opération se fait, Swisscom pourrait alors prendre le reste des parts détenues par l’Etat autrichien, soit 42,5% du capital (si l’on soustrait 5,7% placés en obligations convertibles). Mais à une condition: qu’il parvienne à racheter 30% des actions mises en Bourse. L’hypothèse de telles discussions entre les deux opérateurs n’a rien de surprenant. Par rapport aux géants que sont Deutsche Telekom, France Télécom, Telefonica ou Telecom Italia, les opérateurs de second rang ont tout intérêt à s’allier. C’est la voie tracée par le suédois Télia, aujourd’hui lié au finlandais Sonera. Le nouveau groupe ainsi constitué péserait 13,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel, pour 17 millions d’abonnés. L’ÖIAG, l’organisme autrichien en charge des privatisations, devrait rendre sa décision ce 22 août. Swisscom dispose d’une trésorerie depassant 1,3 milliard d’euros et sa capitalisation boursière est estimée à près de 18 milliards, soit trois fois celle de Telekom Austria. Les rumeurs, confirmées, sur ce possible rapprochement, ont provoqué une forte hausse de l’action de Telekom Austria. Le point le plus étonnant est que ce serait pour la Suisse l’aveu d’un ancrage manifeste à un pays membre de l’Union européenne.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur