Symantec : « la sécurité ne doit pas ralentir les PC »

Sécurité

L’éditeur de sécurité Symantec a fait sa rentrée en invitant la presse européenne. Occasion d’évoquer la dernière solution, Norton Internet security 2010. Et ainsi faire taire certaines idées reçues.

Londres– Afin d’évoquer la sortie de la dernière solution en date de sécurité du côté de Symantec, l’éditeur américain a fait le choix de s’appesantir sur ses qualités, à savoir l’analyse de sites Web grâce au principe de réputation.

La nouvelle gamme de Norton mise donc sur l’extension de la technologie Quorum dévoilée dans la version 2009. Norton Internet Security 2010 et Norton AntiVirus 2010 permettent ainsi d’ analyser la réputation des fichiers téléchargés en se basant sur des informations renvoyées par les utilisateurs des logiciels. Symantec se base donc sur ses milliers de clients utilisateurs pour définir des bases de données de fichiers et sites Web sains.

Si désormais, la sécurité selon Norton doit aller plus loin que la détection traditionnelle basée sur les signatures, Quorum s’appuie sur le caractère unique d’un fichier et de ses attributs spécifiques pour l’identifier en tant que logiciel malveillant. Symantec paie là ses trois années de travail depuis la sortie de la cuvée 2008 de sa solution.

A la loupe, Quorum effectue le suivi des fichiers et des applications, ainsi que de plusieurs dizaines de leurs caractéristiques telles que leur date de parution, la source du téléchargement ou encore la signature numérique. Ces attributs sont ensuite combinés à l’aide de plusieurs algorithmes afin de déterminer leur niveau de réputation.

Rowan Trollope, vice-président de la division grand public de l’éditeur explique : « Le partage de l’information est devenu l’enjeu crucial en matière de sécurisation. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de travailler autour de la notion de réputation depuis trois années. Une technologie intéressante car elle consomme moins de ressources et n’impacte peu les performances de la machine ». Symantec a fait donc le choix de tenter de faire taire les Cassandre et nombre d’expériences d’utilisateurs évoquant un système lourd et très gourmand.

L’éditeur de Norton a fait également le choix d’expliquer certaines réalités du marché du piratage. Ainsi, un supermarché des méthodes de vol d’informations (voire notre photo) a été monté afin d’expliquer comment opèrent les hackers. Con Mallon, directeur de produits pour la région EMEA donne quelques pistes : « Faire une fausse carte de crédit avec des informations est très facile. Je vous montre ». En deux minutes, la carte sort d’une machine à impression solide avec le nom d’une personne prise au hasard dans l’assemblée. De même, les responsables de Symantec assènent quelques chiffres sur la délinquance sur la toile. Con Mallon poursuit : «Les sites les plus corrompus sont capables de provoquer pas moins de 20.000 menaces par jour. Une somme ».

Des besoins croissants donc pour un système de réputation qui se veut désormais la marque de fabrique de Symantec. A ce titre, Norton Antivirus 2010 et Norton Internet Security 2010 sont déjà disponibles sur le site de Symantec au prix de 39,99 euros et 69,99 euros respectivement. La licence incluant la protection de 3 PC. Un argument supplémentire pour passer une nouvelle année à l’abri des menaces.

symantecsupermarchedesmethodesdevoldinformations.jpg


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur