Symantec lance la cuvée Norton Internet Security 2009

Sécurité

C’est sur les terres espagnoles que Symantec a décidé de lancer sa nouvelle gamme de sécurité. L’éditeur martèle qu’il a entendu les critiques des consommateurs

Madrid – Une Formule 1, des avions de chasse, puis, apothéose, chacune des personnes présentes à la convention se croit embarquée dans une fusée spatiale. Voilà comment Symantec entend faire passer le message que le Norton Internet Security cuvée 2009 est plus rapide que les moutures précédentes.

Rowan Trollope, le Vice-President de Symantec joue les chronométreurs et ironise : 52,77 secondes ! A partir de l’installation, tout est plus rapide”. En quelques clics, l’installation se fait. L’éditeur semble donc avoir choisi de miser sur la simplicité ainsi que sur la rapidité d’installation et d’utilisation. Le responsable, présent à Madrid, ajoute : “Nous avons pris conscience que la plupart des solutions de sécurité ralentissent considérablement les postes. C’est pourquoi nous pensons être les plus rapides pour les scans de malwares“.

Cette version de Norton a-t-elle pris en compte toutes les critiques des utilisateurs qui considèrent parfois les outils proposés par l’éditeur comme de véritables “usines à gaz” ?

Pour Valérie Brunhes, directrice commerciale ‘consumer’ Europe du Sud, l’expérience et les retours consommateurs sont la clé de voûte de l’évolution de Norton : “Nous essayons d’agir, penser, bien qu’étant des professionnels, comme des consommateurs afin de répondre au mieux aux attentes mais aussi d’adopter les mêmes positions que nos clients“. Des avis dont on connaîtra bientôt la teneur, dès que Norton Internet Security 2009 sera disponible fin septembre.

A la loupe, la cuvée 2009 dispose certes d’une interface plus soignée permettant notamment de connaître en un coup d’oeil l’état de sécurité de son poste. Reste que Symantec a fait le choix de conserver sa stratégie concernant le classique système de signatures anti-virus alors que les concurrents comme McAfee ou TrendMicro ont choisi la “voie des cieux” en utilisant la technologie de cloud computing. Rappel. La méthode est une approche sur le poste local et une partie hébergée dans les laboratoires de l’éditeur. Finies donc les bases de données de signatures hébergées sur l’ordinateur des utilisateurs, et leur mise à jour à intervalle fixe. Avec cette méthode, une connexion est établie en temps réel avec les serveurs de l’éditeur au moment où la menace est détectée.

Symantec a, pour sa part, choisi d’élaborer Norton Insight. L’outil utilise le partage de connaissances de scans. Lee Sharrocks, vice-président des ventes EMEA s’explique : “Quand un programme est déclaré sécurisé, il ne sera, à l’avenir, plus scanné. Le terme ‘community tested‘ va alors apparaître. Il signifie que les scans de malwares ont été faits par d’autres utilisateurs“. L’éditeur reste donc toujours dans l’optique de rapidité, d’autant que Norton Internet Security 2009 exécutera la plupart des tâches lorsque l’utilisateur n’est pas sur son poste (en mode veille).

Le reste des outils de ce véritable pack de sécurité regroupent un anti-spyware, un filtre anti-spam, un mode anti-phishing ainsi qu’un programme gérant les identités. Bref, tout l’arsenal de ce qui se fait traditionnellement en matière de sécurité informatique.

Avec Norton Internet Security 2009 et Norton Antivirus 2009, Symantec espère bien rester leader du marché. Avec 50 millions de clients, l’éditeur joue donc la sécurité (sic).Il compte néanmoins continuer sa progression dans le secteur et poursuivre sa politique d’acquisition de nouvelles compagnies dès le premier trimestre 2009.

Quant au prix de la version 2009 de Norton, il ne varie pas puisque Norton Internet Security 2009 Premier (Norton 2009 et Ghost 12, sorte de Recovery Mode) est proposé à 69,99 euros pour trois utilisateurs et le Norton Antivirus 2009 a 39,99 euros. De quoi conserver de bonnes habitudes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur