Symposium Sun Storagetek : le ‘participation age’

Réseaux

Le premier rendez-vous français des clients de Sun et Storagetek, par son importante fréquentation, a démontré l’intérêt des entreprises pour la nouvelle entité, et fourni à Sun l’occasion de rassurer et de s’affirmer en acteur majeur du stockage

Un an après le rachat de Storagetek par Sun, le constructeur a organisé son premier symposium, l’occasion de ré-affirmer que l’acquisition a été réussie et a donné à Sun les moyens de rebondir sur le marché stratégique du stockage de données.

Mike Douglas, vice-président Global field marketing de Sun Microsystems, a insisté: “Depuis 1982, Sun affirme que ‘le réseau est l’ordinateur’ (network is the computer), mais aujourd’hui nous entrons dans une ère nouvelle, celle du ‘participation age“, ce qui sous-entend une multiplication des données à traiter… Avec le rachat de Storagetek, Sun est devenu le quatrième acteur du marché mondial du stockage, et sa part de marché sur l’archivage des données est de 36 %. C’est un marché qui ne risque pas de s’épuiser, car le réseau ne cesse de grossir. Ainsi, 3 millions de nouvelles personnes le rejoignent chaque semaine. Les transactions s’accélèrent: Internet, par exemple, connaît des pics de 2 milliards de messages “texte” par jour. Et les volumes de données augmentent massivement, 390 Go de données sont créés à chaque seconde, ce qui entraîne un grossissement des nouvelles données de 50 % chaque année, et 80 % de ces données doivent être archivées. Pour répondre aux attentes du marché, Sun s’estime bien armé, avec ses serveurs et postes de travail AMD et UltraSparc, ses systèmes d’exploitation (Sun supporte bien évidemment Solaris et sa version libre OpenSolaris, mais aussi les Linux de Novell et de Red Hat, ainsi que Microsoft Windows); Il faut y ajouter son système Java Enterprise, ses offres de services, ses solutions de gestion des environnements, et enfin le ‘data management’ avec Storagetek, sa quatrième marque après UltraSparc, Solaris et Java. La stratégie de Sun dans le stockage James Whitemore, vice-président marketing data management de Sun, résume ainsi la stratégie du fabricant sur les données : “Tout identifier, tout virtualiser, tout sécuriser et tout intégrer, en maintenant notre capacité d’innovation et en apportant un service et un support de niveau mondial“. L’offre de Sun Storagetek s’articule donc autour de plusieurs axes : – le hardware avec l’infrastructure SAN, les solutions de stockage de premier niveau et l’archivage, les solutions basées sur les disques, les solutions d’archivage et de recovery, les systèmes de virtualisation ; – le software, avec un portefeuille d’applications qui intègre Solaris et son ‘file system’, les services de données, les solutions de sauvegarde et de restauration, l’Enterprise Storage Management, Java et la gestion des identités ; – les services, avec la gestion sur site ou à distance, l’intégration d’infrastructures, le support des vendeurs, le conseil et la formation. “Notre approche est celle des systèmes uniques associant notre expertise sur le stockage, nos produits, technologies et méthodologies, nos équipes de ventes, et notre communauté de partenaires.” “Grâce à notre focus sur les acquisitions, nous savons ce que nous voulons faire. Nous sommes sur les rails avec nos prévisions et nous constatons la satisfaction de nos clients.” Interrogé sur le devenir des équipes de Storagetek et l’implantation de Sun sur les clients de ce dernier, James Whitemore a précisé: “100 % des clients Storagetek sont des clients Sun puisque les systèmes de stockage de données de Storagetek embarquent notre système d’exploitation Solaris. Quant à l’intégration des équipes de Storagetek, quelques réductions d’effectifs ont porté sur les postes en doublon liés à la gestion de l’entreprise, mais nous avons donné la priorité aux équipes commerciales.” “Notre priorité porte sur la gestion des identités – qui ne peut pas intégrer l’application de gestion des identités perd un avantage sur la gestion du stockage -, la virtualisation, la sécurité, et la simplicité avec unstack ‘Single Data Management’, notre plate-forme qui nous permet d’intégrer différents environnements complexes.” “La virtualisation doit masquer la complexité par la simplicité et consolider les 50 % de processus qui ne sont pas encore utilisés dans les infrastructures en place. Nos clients demandent la virtualisation, en particulier sur les bandes. C’est pourquoi nous avons annoncé notre technologie VSM (virtualization storage management), qui reste cependant limitée à nos grands clients.” Sun confirme qu’il maintiendra ses projets d’acquisitions, sans pour autant indiquer dans quels domaines. Étonnament, le discours du constructeur ne porte pas sur l’acquisition de technologies indispensables et/ou de niche. “Nous préférons intégrer les technologies ‘best of breed’. Pourquoi voulez-vous que nous les achetions ?.” En revanche, Sun aimerait bien faire de Solaris la plate-forme embarquée standard du marché, un système d’exploitation commun à tous les environnements de stockage. Le constructeur pourrait ainsi profiter de son expertise critique sur son environnement Unix. “Aujourd’hui, il est nécessaire de se développer pour chaque environnement. Notre modèle économique avec la gratuité de OpenSolaris devrait séduire tous les acteurs du marché.” Et quel avenir voit-il dans les technologies de stockage de données ? “Le traitement de données massives en environnements hétérogènes, avec des architectures auto-maintenues, et la possibilité de “customiser” l’information par l’intermédiaire de méta-données fournies aux applications sur base Java. À partir de là, l’analyse de données sur le système de stockage permettra de ne traiter que l’information qui répond à la demande de l’utilisateur.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur