Un effort sur l’apprentissage IT pour le Syntec Numérique et l’Île-de-France

Régulations

Le syndicat patronal Syntec Numérique et la Région Ile-de-France ont conclu une convention d’objectifs centrée sur l’apprentissage aux métiers du numérique. L’objectif : renforcer l’offre de formation dans un secteur qui devrait recruter 35 000 personnes cette année.

Les discussions étaient engagées depuis plusieurs mois… Syntec Numérique, syndicat patronal des SSII et des éditeurs de logiciels, et la Région Île-de-France ont finalement conclu la semaine dernière une convention d’objectifs et de moyens (COM) autour de l’apprentissage aux métiers du numérique. L’objectif consiste à développer et renforcer l’apprentissage pour mieux renforcer l’offre de formation IT sur la période 2013-2015.

Pour Guy Mamou-Mani, président de Syntec Numérique : « les pouvoirs publics et les organisations professionnelles doivent unir leurs efforts pour proposer une offre de formation adaptée à un marché en pleine mutation. Le numérique est présent dans tous les secteurs d’activité. C’est un vrai levier de croissance (qui) contribue à la transformation des entreprises ».

35 000 emplois en 2014

La convention signée par la chambre professionnelle et l’Île-de-France doit permettre de constituer « une carte des formations en apprentissage ». Dans ce cadre, Syntec Numérique s’est engagé à contribuer à l’évolution des formations IT en tant qu’expert et en appui des services régionaux en charge de l’instruction des demandes des Centres de formation en alternance (CFA). Par ailleurs, le syndicat patronal organisera le processus de labellisation des CFA franciliens et leur décernera ce label en 2015, selon des critères qui restent à définir avec la Région.

Syntec Numérique veut ainsi contribuer au renforcement des formations dédiées aux métiers du numérique et répondre aux attentes d’un marché avide de compétences. Le secteur, qui n’est pas à l’abri du chômage, reste l’un des principaux moteurs de l’emploi cadre en France. Il devrait recruter 35 000 personnes cette année, d’après l’association Pasc@line qui regroupe entreprises et établissements d’enseignement supérieur.

L’Île-de-France, de son côté, abrite l’un des plus importants cluster européen des TIC, Systematic, et compte différents Pôles de compétitivité, dont Cap Digital. Elle affiche, par ailleurs, l’une des plus fortes concentration de main d’œuvre IT de l’UE. Sans surprise, 60% des 1 200 entreprises adhérentes de Syntec Numérique sont elles-mêmes basées en Îlle-de-France.

250 apprentis de plus par an

L’Île-de-France et Syntec Numérique veulent dynamiser l’apprentissage numérique et la formation des jeunes. Les deux parties « considèrent que cette voie constitue un investissement indispensable pour les entreprises, un levier pour l’avenir de l’économie et un mode d’accès privilégié à l’emploi pour de nombreux jeunes de tous niveaux », avait indiqué la Région l’an dernier dans un rapport à l’attention de la commission permanente du conseil régional.

En s’appuyant sur leur convention pluriannuelle, les deux parties ambitionnent d’augmenter de 5% par an les effectifs d’apprentis en France, soit environ 250 apprentis supplémentaires relevant du périmètre des technologies de l’information.


Lire aussi

L’Ile-de-France, première région d’Europe fibrée en 2020 ?

Syntec Numérique : « Réorienter les efforts fiscaux vers l’emploi qualifié »


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur