Systancia unifie virtualisation des applications et du poste de travail

Logiciels

En réunissant virtualisation d’application et de poste de travail au sein d’AppliDis Fusion 4, Systancia entend simplifier la gestion des parcs informatiques. Et faire un pied de nez à la concurrence.

L’éditeur français Systancia vient de faire évoluer son offre de solution de virtualisation et propose aujourd’hui AppliDis Fusion 4 qui est appelé à remplacer l’offre précédente, AppliDis 3, pour le même prix*. L’apparition du terme «Fusion» n’est pas innocente puisque la nouvelle solution se présente comme « la première solution du marché àassocier virtualisation d’applications et virtualisation de postes de travail », relève le communiqué.

« Au sein d’une même console d’administration, on peut faire aussi bien de la publication d’application que de la virtualisation de poste de travail, explique Christophe Corne, président et fondateur de Systancia, par exemple, on peut faire tourner Windows 7 sur un serveur et le rendre disponible sur le poste de travail ou bien virtualiser des applications métier ou bureautique sur serveur. Nous n’utilisons qu’une application là où nos concurrents emploient deux produits différents. » Outre la gestion applicative, poste de travail, serveur, licence, droits d’accès, etc., l’unique console web permet aussi d’administrer les machines virtuelles qui peuvent accueillir tous les OS Windows.

Selon le dirigeant, cette offre «2 en 1» répond à des problématiques de terrain. « On constate chez nos clients qu’il n’y as pas de projets 100 % poste de travail ou 100 % application. En réunissant les deux technologies, notre projet mixte répond mieux aux besoins ». Et de citer pour exemple un centre hospitalier avec 900 postes à virtualiser dont 700 pour les utilisateurs, et 200 autres partagés entre une direction qui ne souhaitait pas modifier ses habitudes de poste de travail et un loboratoire exploitant une application spécifique impossible à basculer telle quelle sur des clients légers. « Avec Fusion 4, on a basculé les OS sur les postes de travail [en parallèle des 700 postes clients, ndlr] ce qui nous a permis de couvrir 100 % des besoins », assure Christophe Corne.

La nouvelle solution de virtualisation entend donc simplifier l’administration des postes clients et les déploiements. « Derrière l’unique console d’administration, il suffit de créer le contrat qui associe les utilisateurs aux applications ou aux poste de travail. Il est ainsi possible de déployer Windows 7 sur 1000 postes en quelques minutes. »

AppliDis Fusion 4 se déploie exclusivement dans un environnement Windows Server (2000/2003/2008 et 2008 R2) en mode Terminal Server sur postes de travail ou clients légers (dont l’usage se renforce aujourd’hui grâce aux technologies VDI). « Mais on est capable de déployer une application sur un PC sous Linux », précise Christophe Corne.

En plus de sa dualité fonctionnelle, AppliDis Fusion 4 ajoute une soixantaine de nouvelles fonctionnalités dont MyApps (demandes d’accès à une application par l’utilisateur, de partager notes et commentaires), l’intégration des technologies Flash, Aero, Directx, son bidirectionnel, etc., le support des périphériques de numérisation (scanner, appareils photo…), l’équilibrage des ressources machines, ou encore Connexion Broker qui assure l’interopérabilité complète avec les solutions de virtualisation de serveurs (ESX, ESXi, XenServer, Hyper-V, etc.), selon l’éditeur.

Systancia tire aujourd’hui parti de l’homogénéité de ses développements internes depuis la création de la société en 1998 là où Citrix et VMware ont développé certaines compétences par des acquisitions. Après une phase de développement jusqu’en 2003, l’entreprise basée à Sausheim (Haut-Rhin) a abordé le marché des PME avant de s’attaquer aux grands comptes toujours un peu frileux face aux profils de type start-up. Pari réussi néanmoins. Foncia, le Pôle Emploi, Bouygues Telecom, Arcelor Mittal, le Crédit Mutuel ou encore la Caisse d’Epargne comptent aujourd’hui parmi ses clients. Depuis, Systancia a démarré son déploiement à l’international avec l’ouverture, en octobre dernier, d’un bureau à Londres et prévoit de s’implanter en Allemagne l’année prochaine. Notamment grâce à une récente levée de fonds auprès d’A Plus Finance. Rentable depuis 2007, l’entreprise de 40 personnes prévoit un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros en 2009.

* 190 euros HT, par utilisateur simultané + maintenance annuelle (30 euros annuel par licence)

___

AGENDA : Web-Conférence en direct, 10 Décembre, 11h00:

Microsoft – Novell, quelles passerelles entre Windows et l’Open source?

Quelles sont les retombées de l’accord de collaboration technologique, signé en novembre 2006 et visant à rendre interopérables des applications Windows, .Net et Linux. Qui revend et valide quoi, entre SUSE Linux ES et Windows (sans oublier RedHat)? Comment co-gérer des plates-formes croisées entre ces deux mondes? Existe-t-il un support commun?

Session interactive, avec des témoignages clients, dont la Poste Suisse. Sondage, réponses aux questions. Animée par: Silicon.fr et ITespresso.fr. Inscription ici (gratuite). Durée: 50 mn.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur