?System center 2007′ : Microsoft veut tout superviser, administrer…

Logiciels

System Center intégrera administration de parc, desktop management et service
desk. En 2007, tous les outils de Microsoft feront partie de la suite System
Center et porteront donc ce nom en en-tête, au gré des nouvelles versions
majeures.

Voilà une excellente occasion pour l’éditeur de Redmond de présenter sa vision en matière d’administration de parc, sous l’angle de l’optimisation de l’infrastructure informatique.

Du Basic au Dynamic : des PC 6 fois moins chers !

Les experts Microsoft présentent l’évolution de l’administration informatique selon quatre stades d’évolution:

– Au niveau ?Basic?, le parc est globalement maintenu manuellement, avec peu de coordination, et représente donc un centre de coût élevé (estimé à une moyenne d’environ 1 320 euros par PC et par an).

-La standardisation des postes de travail, la gestion des mises à jour de sécurité, et une authentification via un annuaire permettent de parvenir au stade de ?Standardisé? (pour environ 580 euros par PC).

-Ensuite, une gestion globale et standardisée des postes et de télédistribution des logiciels, un annuaire évolué (règles et droits, suivi de provisionning?), et une sauvegarde automatisée des PC, contribuent à amener l’entreprise vers une administration de parc ?Rationnalisée? (environ 230 euros par PC).

-Enfin, en intégrant une gestion basée sur une modélisation avec allocation dynamique des ressources selon les besoins, le stade du Dynamic illustre le must en matière d’administration.

Microsoft reprend l’initiative virtuelle

Pour lancer son offensive sur l’administration informatique, Microsoft met en avant le concept de Dynamic System Initiative (DSI : un acronyme français plutôt approprié?), qui repose sur trois composantes : une infrastructure virtualisée (systèmes d’exploitation virtuels, ressources virtuelles et applications virtuelles), une conception opérationnelle intégrant la connaissance dans des modèles normalisés, afin de mener une gestion basée sur cette connaissance.

La virtualisation apporte aux entreprises une réponse aux problèmes de sous-utilisation des ressources (disques, mémoire, serveurs? inég alement utilisés). Elle apporte aussi une meilleure souplesse d’attribution de ces ressources et une agilité libérée des contraintes physiques.

Avec Windows Hypervisor installé sur les couches basses de Windows Server et relayé par Virtual Server, Microsoft propose la virtualisation matérielle et l’activation de plusieurs serveurs virtuels par serveur physiques. Depuis l’été 2006, Virtual Server R2 est en téléchargement gratuit, et autorise désormais les machines virtuelles RedHat et Suse.

Nouveauté intéressante, les applications virtuelles permises suite au rachat de Softricity (encore revendu actuellement par Miel en France). Après création d’un package complet regroupant l’application et autres éléments de l’environnement applicatif (DLL, informations registre, etc.), cette image est mise à disposition sur le serveur Softricity. Ensuite les postes clients dotés d’un agent softricity, lancent l’application en mode virtuelle. Avant exécution, le serveur n’envoie que les éléments manquants dans ll’environnement du poste, et l’application s’exécute en local. En quittant l’application, l’utilisateur fait disparaître toute trace de l’application (hors données ou documents enregistrés).

Apport majeur par rapport à la concurrence d’acteurs comme VMWare, Microsoft intégrera l’administration de ressources virtuelles dans System Center Virtual Machine Manager.

Des données toujours plus qualifiées

Depuis l’acquisition du canadien AssetMetrix. Microsoft avait intégré à System Management Server (SMS) l’accès sous forme de service Web à la base de données de 430.000 logiciels, soit 98 % des applications commerciales classées en catégories. Ce service permet d’enrichir l’information sur les logiciels présents dans le système informatique, via la production de rapports prédéfinis. Des informations dont seront enrichies les solutions de gestion de licences logicielles de Microsoft. Dans quelques semaines, la base de données AssetMetrix sera intégrée directement à SMS, avant même qu’il ne devienne officiellement System Center Configuration Manager.

Microsoft débarque dans le Service Desk !

Enfin, System Center Service Desk permettra aux entreprises de gérer les processus de gestion des opérations. S’inspirant fortement des pratiques et recommandations ITIL (Information Technology Infrastructure Library), ce logiciel intégrera aussi un moteur de Workflow, et échangera des informations avec System Center Operation Management et System Center System Center Configuration Manager (futur ex SMS).

System Center Service Desk devrait être disponible courant 2007. En attendant, Microsoft nous apprend que cet outil collaboratif regroupera la gestion des problèmes et des incidents, la gestion du cycle de vie des ressources, et la gestion des modifications.

Bref, 2007 promet bien des nouveautés, et une réelle volonté de Microsoft de marquer le territoire de l’administration/supervision du S.I.


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur