Systematic : 14 nouveaux projets financés par le fonds unique interministériel (FUI)

CloudDatacentersEditeurs de logicielsMobilitéProjetsRégulationsRéseauxSécuritéSSII

Réseaux, systèmes, logiciels… Le fonds unique interministériel va financer 14 autres projets labellisés par le pôle de compétitivité Systematic Paris-Région, dont 2 co-labellisés.

Dans le cadre de son 19e appel à projets de R&D, le fonds unique interministériel (FUI) va financer 14 projets labellisés par Systematic Paris-Région, dont 2 co-labellisés – le projet de trajectographie Happy Hand 2 et le projet de brûleur/échangeur Zem-R –. Les 14 projets concernés représentent un investissement en R&D des entreprises du pôle de 58,9 millions d’euros.

Ce nouveau soutien du FUI témoigne, selon le président du pôle de compétitivité francilien, Jean-Luc Beylat, de la solidité de l’écosystème, des projets présentés et de la politique interpole engagée. Au total depuis la création du pôle en 2005, « 472 projets ont été financés, ce qui représente un effort d’investissement en R&D des acteurs de Systematic de 2,59 milliards d’euros », a-t-il déclaré.

Le développement de systèmes embarqués

Quatre projets financés par le FUI 19 intéressent le groupe outils de conception et de développement de systèmes (OCDS) du pôle Systematic :

  • CAVIAR dans la simulation pour la vibro-acoustique. Le projet est porté par Siemens Industry Software avec Distene, Airbus Defense and Space, Mecaplast Group, Onera, Imacs et Autoneum.
  • MIMe pour une collaboration instantanée dans la mécatronique. L’initiative est pilotée par DPS avec PSA, Valeo, Deltacad, Soyatec, Eiris Conseil, UTC, Supméca et Estaca.
  • VIPES dans la simulation temps réel pour le développement de systèmes embarqués. L’ensemble est porté par Esi-Group avec Scaleo Chip et le CEA.
  • Waruna, un projet d’atelier démonstrateur d’analyses temporelles de systèmes embarqués critiques, est piloté par Clearsy avec Artal, RTaW, Thales, Inria et l’ENSMA/LIAS.

VEGaN-2, Modal et CARP dans les réseaux

Trois projets intéressent le groupe de travail télécoms du pôle francilien :

  • VEGaN-2 est un projet de développement d’une technologie en nitrure de gallium (GaN) pour des applications de communication satellite et très haut débit. Le tout est porté par III-V Lab, en partenariat avec UMS, Egide, Bowen, Bluwan, Techniwave, LEMN, Xlim, LMV.
  • Modal couvre la conception des liaisons multimodes pour datacenters. Ce projet est porté par Alcatel Lucent Bell-Labs avec Draka Comteq France, Cailab et le PhLAM de l’Université de Lille 1.
  • CARP intéresse l’unification du contrôle des services réseaux fixes et mobiles. Les partenaires du projet sont : Gandi (le porteur), 6Wind, Ucopia, City Passenger, BYO Networks, IMT et UPMC.

Confiance numérique et sécurité

Deux des projets retenus dans le cadre du FUI 19 concernent le groupe de travail confiance numérique et sécurité du pôle Systematic.

Le projet HuMa (contrôle des systèmes surveillés) est porté par Intrinsec, en partenariat avec Inria, CITI, ICUBE, Oberthur, ADS, Sydo et Wallix. Le projet VOIE de vidéoprotection est encadré par Thales Communication, avec Morpho, Axone, Sensorit, Thales Services SAS, Deveryware, le centre CEA-Saclay, Vitec Multimédia, le ministère de l’Intérieur, Evitech, la RATP et la SNCF.

Logiciel libre, santé et usine du futur

Côté free software, le projet IngoPCS est financé. Il vise le développement d’une implantation libre et sécurisée du protocole d’interopérabilité des systèmes industriels OPC-UA certifiable EAL4. Le projet est porté par Systerel avec l’aide de poids lourds de l’industrie : Atos WorldGrid, EDF, Schneider Electric, ARC Informatique, Eolane, Trust in Soft, l’institut CEA List et Télécom ParisTech.

TIC et santé font également partie des projets financés. Le projet RetinOpTIC vise le développement d’un dispositif médical portable « à faible coût » et d’algorithmes de traitement d’image dédiés au dépistage massif de la rétinopathie diabétique. Degetel est porteur du projet. ADCIS, l’AP-HP, Effilux, Evolucare, l’IOGS ParisTech, Mines ParisTech et Télécom Bretagne sont aussi partenaires.

Enfin, le groupe de travail usine du futur du pôle Systematic va aussi bénéficier d’un financement du FUI 19 pour son projet Nasima : une plateforme logicielle et matérielle dédiée à l’utilisation de la réalité augmentée/mixte sur sites industriels. L’initiative est portée par Diotasoft avec le concours de poids lourds industriels : Renault, Air liquide, DCNS, Atos, Imaging, Keonys, CEA List, l’UTT et Thoris.

Lire aussi :
Systematic met en lumière ses champions du monde Open Source
Compétitivité : La France reste forte sur l’innovation et les technologies

crédit photo © shutterstock

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur