La dynamique des systèmes embarqués résiste à la crise

Régulations

40 % des éditeurs de logiciels et 29 % des SSII en France déclarent réaliser plus de 80 % de leurs revenus 2012 dans les systèmes embarqués, selon une étude PAC/Syntec Numérique.

Éditeurs de logiciels et sociétés de services informatiques augmentent la part de leurs revenus générés dans les systèmes embarqués, observe le cabinet Pierre Audoin Consultants (PAC) dans une nouvelle étude rendue publique mardi par Syntec Numérique à l’occasion des Assises de l’embarqué 2012.

L’embarqué, un segment en croissance

Sur un panel d’une centaine d’acteurs du logiciel et des services IT actifs en France, 40 % des éditeurs et 29 % des SSII interrogés ont déclaré réaliser plus de 80 % de leurs revenus dans l’embarqué en 2012. Il y a cinq ans, seules 22 % des entreprises du logiciel et 13 % des sociétés de services réalisaient la majeur partie de leur CA dans ce domaine.

Par ailleurs, 75 % des entreprises concernées tablent sur une croissance de leurs revenus cette année et 20 % d’entre elles prévoient une croissance supérieure à 20 % par rapport à 2011, et ce malgré le manque de dynamisme du secteur informatique dans son ensemble (+0,7 % de croissance en 2012, mais une croissance nulle prévue en 2013).

Du côté des acheteurs, les industriels de l’aéronautique, l’automobile et les transports sont les principaux clients de l’embarqué. « Plus de 70 % des acteurs qui adressent le secteur automobile sont aussi positionnés sur le secteur de l’aéronautique », observent les auteurs de l’étude.

D’autres secteurs, comme l’énergie, la santé, l’électronique et les télécoms sont également d’importants utilisateurs.

Le choix de l’open source

Alors que 65 % des éditeurs interrogés privilégient les développements et déploiements de logiciels embarqués libres et ouverts, cette proportion tombe à 42 % pour les SSII appelées à piloter des projets sur ce segment de marché.

Plus largement, 45 % des éditeurs de logiciels (contre 5 % en 2007) et 26 % des sociétés de services informatiques (contre 10 % il y a cinq ans) déclarent faire partie de communautés open source.

Une autre tendance se dessine : l’internationalisation. Ainsi, les acteurs français du marché de l’embarqué « opèrent un mouvement plus prononcé vers l’international où les zones hors de France sont des moteurs de leur croissance ».

Enfin, 11 % des professionnels du secteur présents sur le marché français sont étrangers, alors que cette proportion était de 7 % en 2007.


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur