T-Systems réduit ses effectifs hors d’Allemagne

RégulationsSSII

Deutsche Telekom prévoit de supprimer jusqu’à 2 500 postes dans les implantations étrangères de sa filiale T-Systems. Et ce après avoir annoncé 4 900 suppressions en Allemagne. En France, la SSII a déjà été délestée de son activité intégration IT.

À la recherche d’un second souffle dans le Cloud, T-Systems, filiale de l’opérateur Deutsche Telekom, va effectuer de nouvelles réductions d’effectifs. Le groupe prévoit de supprimer entre 2 000 et 2 500 postes dans les implantations étrangères de la SSII, d’après le magazine allemand Focus. Ces réductions s’ajouteraient aux 4 900 suppressions de postes annoncées pour l’Allemagne, en décembre.

T-Systems France déficitaire

Opérant dans une vingtaine de pays, T-Systems emploie plus de 50 000 collaborateurs, dont environ 29 000 en Allemagne et pas plus de 400 personnes en France. Dans le pays, la filiale a été délestée, l’an dernier, de ses activités intégration IT et s’est recentrée sur l’infogérance. « Nous sommes le front-office intelligent des offres du groupe », expliquait alors Jean-Paul Alibert, le président de T-Systems France,

T-Systems compte parmi ses clients de grands groupes, parmi lesquels Airbus, Siemens et Volkswagen. En 2013, le chiffre d’affaires de la SSII a reculé de 1,8% à 7,7 milliards d’euros. En France, la filiale reste déficitaire (plus de 10 millions d’euros de pertes en 2012). Sa direction tablait, en novembre dernier, sur un retour à la rentabilité en 2015. Reste à savoir si l’entité résistera aux coupes claires qui s’annoncent.


En complémént :

T-Systems : en finir avec le particularisme gaulois


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur