TDF et la RATP expérimentent le WiMax à Paris

Régulations

Il s’agit de proposer un accès haut débit sans fil pour les professionnels nomades. Un concurrent pour la toute nouvelle 3G?

On parle beaucoup du WiMax comme alternative à l’ADSL dans les zones non couvertes. Mais le grand frère du W-Fi pourrait également s’imposer comme la norme du haut débit sans fil dans les villes.

Evolution du Wi-Fi, cette technologie hertzienne sans-fil dans la bande des fréquences de 3,5 Ghz promet un débit de 70 Mbit/s et une portée de 50 kilomètres. En réalité, les opérateurs parlent plutôt de 12 Mbit/s et de 20 kilomètres. On imagine alors très bien l’intérêt pour les professionnels nomades. Dans une zone de couverture large, le WiMax offre des débits très importants, bien plus importants que la 3G/UMTS qui vient juste d’être lancée. Mais le WiMax métropolitain en est encore au stade de l’expérimentation. Si les PC portables dotés d’équipements WiMax ne devraient pas tarder à être lancés, en France, le déploiement de cette technologie n’est pas encore vraiment encadré. Un seul opérateur dispose d’une licence. En attendant une réglementation plus précise, les opérateurs et équipementiers multiplient les expériences (voir encadré). A Paris, TDF (Télédiffusion de France) et Naxos (filiale de Telcite, Groupe RATP) lancent une expérimentation francilienne de transmission de données haut débit sans fil. Pour ce faire, TDF et Naxos ont reçu de l’ART une autorisation temporaire d’émettre à 3,5 GHz. Les deux partenaires conduisent ensemble depuis début mai une série de tests techniques et d’usages professionnels “qui ont pour objet d’apprécier la technologie WiMax dans un environnement urbain dense”, expliquent les deux groupes dans un communiqué commun. Cette expérimentation est réalisée à Paris et la première couronne sud-est. Pour ce projet pilote, TDF et Naxos ont sélectionné Alcatel et Alvarion pour les équipements. Le WiMax – et ses très hauts débits – représente-il donc une menace pour la toute jeune 3G qui propose une vitesse bien inférieure? Depuis son lancement, environ 40.000 clients professionnels ont été séduits par les cartes 3G à brancher sur leurs PC portables. Certains estiment que les deux technologies sont complémentaires. TDF et Naxos expliquent qu’il s’agit de “chercher des solutions complémentaires aux technologies filaires et hertziennes existantes et proposer aux opérateurs de service une solution d’accès haut débit pour des applications nomades professionnelles”. D’autres pensent que le WiMax pourrait à terme supplanter l’UMTS. “Le WiMax sera à l’ordinateur portable ce que l’ADSL est à l’ordinateur de bureau”, assure Jean-Paul Larivière, pdg d’Altitude Telecom, seul opérateur à posséder une licence WiMax. Pour autant, les spécialistes ne prévoient pas de décollage du “WiMax métropolitain” avant 2007. Et à cette date, la 3G de deuxième génération, le HSDPA, sera sur les rails. Alcatel et ADP Télécom aussi

ADP Télécom, détenteur d’un licence expérimentale délivrée par l’ART (Autorité de Régulation des Télécoms) va lancer des expérimentations en partenariat avec Alcatel, déjà très implique dans cette technologie (lire nos articles). Déjà spécialiste du Wi-Fi (dans les aéroports, les hôtels…), ADP Télécom compte lancer ses premiers projets pilotes pour des usages professionnels en collaboration avec ses clients “Aéroports de Paris” et “WFS” (société du Groupe Vinci, leader du service aéroportuaire). Ces projets joueront la carte de la complémentarité Wi-Fi, WiMax.

“Alors que le Wi-Fi permet de constituer un réseau local sans fil pour un bâtiment ou un ‘hotspot’ public permettant aux professionnels d’accéder à leurs applications métiers (suivi des bagages, location de voitures et enregistrement passager), le WiMax a plutôt pour objectif d’offrir ces mêmes services sur la totalité de l’aéroport (aérogares, zones techniques, de fret et de bureaux)”, expliquent Alcatel et ADP Télécom dans un communiqué commun. La conduite des pilotes sera assurée par ADP Télécom, tandis qu’Alcatel mettra à disposition l’ensemble des équipements nécessaires pour cette expérimentation. “Cette réalisation pour Aéroports de Paris va permettre de mettre en avant l’intérêt de WiMax pour l’usage des professionnels des zones aéroportuaires à fort trafic, en prenant d’ores et déjà en compte les aspects fixes et nomadiques du WiMax”, a déclaré Sylvie Richir, responsable des activités d’accès radio haut débit chez Alcatel. “Le WiMax est la technologie d’avenir pour répondre à tous les besoins métiers des entreprises du monde aéroportuaire avec lesquelles nous collaborons déjà”, souligne de son côté Benoît Vedel, directeur de la Stratégie d’ADP Télécom.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur