Telecom Italia: le Pérou n’est plus ce qu’il était…

Régulations

Après la Grèce, c’est au Pérou d’assister au retrait de Telecom Italia, qui doit prioritairement réduire son endettement

Après la fusion de Telecom Italia avec sa filiale TIM (

Telecom Italia Mobile), achevée en juin dernier, l’opérateur historique italien cherche comme ses concurrents européens à réduire sa dette. Un des moyens consiste à céder les actifs les moins stratégiques. Ainsi en avril TIM cédait à un fonds d’investissement sa participation majoritaire dans TIM Hellas Telecommunications, sa filiale grecque. 1,114 milliard d’euros contre 80,87% du capital. C’est au tour de TIM Peru, filiale péruvienne de Telecom Italia, de quitter le groupe. La filiale de téléphonie mobile au Pérou est cédée au mexicain America Movil pour 407 millions d’euros, et une reprise de dettes de 75 millions. Considéré comme non stratégique dans les plans de Telecom Italia, TIM Peru n’en est pas moins le deuxième opérateur mobile du Pérou, avec 1,5 million d’abonnés et une part de marché estimée à 31%. Il est surprenant cependant qu’un pays comme le Pérou ne soit pas considéré comme important, si l’on écarte l’éloignement géographique. En effet l’Amérique Latine, plus particulièrement dans sa partie Est Pacifique, offre une géographie fortement découpée, qui profite à la téléphonie mobile. L’opération réalisée par Telecom Italia participera pour plus de 400 millions d’euros à la réduction de l’endettement du groupe. Et le champ libre pourrait être laissé au géant espagnol Telefonica…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur