Telecom Italia reconnaît des malversations en France

Régulations

La filiale du géant européen fait officiellement savoir qu’elle s’active à neutraliser des “dérives frauduleuses” ou “malversations”.

Telecom Italia France lutte activement contre les dérives frauduleuses” L’opérateur qui commercialise dans l’Hexagone depuis octobre 2003 des services de téléphonie et d’Internet à partir du dégroupage total, a été victime de fraudes et à un tel degré d’organisation qu’il lui est devenu indispensable de se justifier et d’expliquer les mesures prises Explication: Depuis son entrée sur le marché à l’automne, avec force campagne d’affichage, l’opérateur aiguillait les clients potentiels vers un centre d’appel (numéro court: 1033) ou vers son site Web. Tout naturellement, il s’est construit un réseau de distributeurs. “Malgré une attention toute particulière portée à la déontologie des méthodes de ventes de ses distributeurs, quelques-uns de leurs vendeurs peu scrupuleux ne suivent pas les règles établies et nuisent aux consommateurs“. Des cas de malversations par des démarcheurs à domicile chargés par des distributeurs de commercialiser les offres ont été signalés. “Tous les contrats des clients permettent une traçabilité (du distributeur et du vendeur). Les consommateurs ont la possibilité de se rétracter dans les 7 jours qui suivent la signature du contrat et peuvent au-delà de cette période de réflexion résilier, par courrier, leur abonnement sans que leur soit facturé le moindre frais de résiliation.“. L’opérateur a décidé d’envoyer systématiquement à ses clients une lettre de bienvenue pour leur permettre, le cas échéant, de se rétracter avant l’activation du service. Et Telecom Italia France s’engage à dédommager, à ses frais, les dépenses occasionnées. Enfin, des actions en contentieux sont en cours.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur