Telefonica est profitable, le ‘fixe’ résiste bien

Cloud

L’opérateur historique espagnol peut se targuer de gagner de l’argent avec la téléphonie fixe

Le changement de situation est radical. Il y a un an, Telefonica faisait état d’une perte sans précédent pour 2002 de 5,58 milliards d’euros, due à la dépréciation de ses investissements dans ses filiales de téléphonie mobile et internet (Terra Lycos). Pour 2003, l’opérateur annonce avoir réalisé un bénéfice net annuel de 2,20 milliards d’euros, supérieur aux attentes.

L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) est ressorti à 12,60 milliards, en hausse de 7,5%. Le chiffre d’affaires est quasiment inchangé à 28,40 milliards, l’appréciation de l’euro ayant eu un impact négatif sur ses facturations en Amérique latine. Autre domaine de satisfaction avec la bonne tenue de la téléphonie fixe. Alors que tous les grands opérateurs européens voient cette activité chuter, Telefonica parvient à en tirer des profits. “Après une contraction de son chiffre d’affaires de 1,2% sur les neuf premiers mois de 2003, l’activité téléphonie fixe a renversé la tendance au quatrième trimestre pour enregistrer une progression de 1,4% des ventes” fait-elle valoir. “D’autres opérateurs européens n’ont pas obtenu d’aussi bons résultats” poursuit-elle citant notamment Deutsche Telekom et France Télécom. Par ailleurs, l’endettement net du groupe à la fin 2003 a été ramené à 19,24 milliards d’euros, en baisse de 14,6% par rapport à son niveau de la fin 2002. Le groupe, présent dans une cinquantaine de pays, a indiqué que ses activités espagnoles représentent 60% de son chiffre d’affaires tandis que l’Amérique latine contribue à hauteur du tiers aux facturations. Le nombre total de clients a augmenté de 13% d’une année sur l’autre pour s’établir à 99 millions avec une forte croissance dans la téléphonie mobile et l’accès ADSL.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur