Pour gérer vos consentements :

Télégrammes : SFR privé de fibre, Apple trésorerie de 250 Mds de $, Trump veut un conseil technologique

SFR toujours privé de fibre dans ses publicités pour le câble. En mars 2016, un décret imposait aux opérateurs de distinguer, dans leurs publicités, les technologies fixes très haut débit qu’ils utilisent. Autrement dit, préciser s’il s’agit de fibre optique à domicile (FTTH) ou de fibre terminée par du câble coaxial (FTTB). Le décret concernait particulièrement SFR qui utilise les deux technologies qu’il tend à vendre sous le seul vocable de « fibre ». L’opérateur avait alors déposé une requête auprès du Conseil constitutionnel en défendant que les règles imposées ne pouvaient pas être fixées par décret. Mais le Conseil d’Etat a renvoyé la filiale d’Altice SFR dans les cordes la semaine dernière en considérant qu’il « n’y a pas lieu de renvoyer au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité soulevée par la société NC Numericable et la société SFR ». Pour l’heure, SFR n’a donc pas d’autre choix que de préciser auprès de ses clients et prospects avec quelle technologie il entend les raccorder.

Apple a un matelas de 250 milliards de dollars. La firme de Cupertino frise l’insolence en disposant d’un bas de laine de 250 milliards de dollars en dehors du sol américain. Un montage fiscal pour éviter une trop forte imposition en cas de rapatriement d’argent aux Etats-Unis. Cette trésorerie a doublé en 4 ans et demi. Aujourd’hui, les yeux se tournent vers Donald Trump qui doit annoncer une modification de l’impôt propice à un éventuel rapatriement d’une partie des fonds sur le sol américain. Dans ce cas-là, les spéculations vont bon train comme une augmentation des dividendes (Apple était paradoxalement obligé auparavant d’emprunter) ou un méga rachat (Netflix, Time Warner ou Tesla sont accessibles).

Trump veut un conseil sur les technologies. Peu importe les relations glaciales entre le monde de la tech et le Président des Etats-Unis, Donald Trump veut créer un conseil américain sur la technologie (American Technology Council). Une ordonnance a été prise en ce sens, le conseil sera en charge de « coordonner la vision, la stratégie et l’orientation de l’utilisation des technologies de l’information par le gouvernement fédéral et la prestation des services via l’IT ». Le baptême de cette entité serait prononcé en juin prochain. Aucun nom n’a été donné sur la composition de ce conseil, on sait juste que Chris Lidell, ancien dirigeant de Microsoft et chargé des affaires stratégiques auprès de Trump, en sera le président.

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

2 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

2 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

2 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

2 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

2 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

2 semaines ago