Télégrammes : Un PC HP sous Snapdragon 835 à coup sûr, MapR passe aux services managés, Bouygues Telecom aussi en forme que Free

4GBig DataComposantsData & StockageMobilitéOperateursOSPCPoste de travailRéseaux

Si le théâtre était la «religion» de Robert Hirsch, les télégrammes du soir sont le culte de Silicon.fr.

HP laisse fuiter son PC Windows 10 sous Snapdragon 835. Ce n’est même pas un secret de polichinelle. La sortie prochaine de PC Windows 10 sous architecture ARM ave SoC Qualcomm Snapdragon 835 est annoncée depuis mai dernier chez HP, Lenovo et Asus. Mais sans plus de détails alors que cette nouvelle génération de machines est attendue pour la fin de l’année. On en sait un peu plus aujourd’hui grâce à une boulette de HP. Le constructeur a laissé fuiter par erreur une page apportant quelques éléments de configuration. La page, retirée depuis mais archivée par Wayback Machine, fait référence à un code produit 2US29AV qui laisse transparaître un PC embarquant un « SD835 » avec 4 Go de RAM et 128 Go de stockage flash (UFS pour Universal Flash Storage). Une référence qui reste à confirmer mais tend à concrétiser la commercialisation prochaine des PC Windows 10 sous ARM Qualcomm.

MapR passe aux services managés. MapR annonce le lancement de services managés pour MapR Converged Data Platform. La plate-forme de big data conçue sur le framework Open Source Hadoop propose ainsi d’assurer les différentes responsabilités opérationnelles des services tels que l’installation des correctifs, la supervision, l’optimisation des performances, la gestion des SLA, les audits réguliers et autres mises à jour de sécurité. Ce qui permet au client de se concentrer sur sa conception d’applications autours de l’analytique, l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle. MapR confiera à certains partenaires membres du programme MapR Converge Partners, la gestion de l’infrastructure applicative (serveurs, réseau, applications…) des services managés. T-Systems et Emtec comptent parmi les premiers.

Bouygues Telecom aussi en forme que Free A l’image de Free, Bouygues Telecom a bénéficié d’un bon troisième trimestre. La filiale télécoms du groupe de BTP a recruté 295 000 nouveaux clients mobiles et 110 000 nouvelles souscriptions BBox sur la période. Soit respectivement 13,9 millions de SIM en circulation (dont 10,2 millions de forfaits, hors M2M, et 7,7 millions en 4G) et 3,34 millions de lignes fixes. Parmi ces dernières, 209 000 sont en FTTH (fibre optique à domicile) sur 594 000 abonnements très haut débit fixes (FTTH, VDSL et câble, voire 4G Box ). L’opérateur revendique aujourd’hui 18 millions de prises optiques « sécurisées » (mais pas encore raccordables) et ambitionne toujours d’en commercialiser 20 millions en 2022. Comme Free. Le chiffre d’affaires est également en hausse, de 6% depuis janvier 2017, à 3,7 milliards d’euros (dont 3,2 pour l’activité réseau). Il faut y voir le résultat des « premiers effets positifs des augmentations de prix sur les offres premium Mobile et sur toutes les offres Fixe réalisées fin mai 2017 et d’un léger impact favorable de la nouvelle réglementation sur le roaming », commente le groupe. Il en ressort un profit net de 119 millions largement supérieur aux 77 millions du troisième trimestre 2016 et en progression non négligeable face aux 114 millions du deuxième trimestre 2017. Depuis le début de l’année, Bouygues Telecom a investi 860 millions d’euros, en phase avec les 1,2 milliard attendus sur l’année.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur