Téléphonie : la 3G prépare sa niche

Régulations

42% des européens qui possèdent un téléphone mobile se disent intéressés par la 3G.

Que les européens se déclarent intéressés par la téléphonie haut débit en technologie 3D ne surprendra pas les observateurs. L’évolution régulière, et accélérée, des services mobiles favorise le passage aux nouvelles technologies. Le public jeune et les cadres, en particulier, ont rapidement adopté le SMS, avant de passer aux services multimédias ou à l’I-mode, qui préfigurent la téléphonie de demain.

Mais sont-ils prêts à payer pour la 3G ? Taylor Nelson Sofres publie une étude sur l’intérêt des utilisateurs de téléphones mobiles pour les téléphones 3G et les services qui y seront associés. – 42% des européens qui possèdent un téléphone mobile se disent intéressés par la téléphonie 3G – 21% se disent prêts à payer un supplément mensuel de six à 10 euros pour bénéficier des MMS, des emails ou de l’Internet haut débit L’étude confirme le potentiel que vont représenter ces services pour les opérateurs européens, qui en moyenne, selon l’ARPU, n’encaissent mensuellement que 37 euros pour les abonnements, et 20 euros pour les pré-payés. L’intérêt des consommateurs pour les services est le reflet de la place prise par les technologies Internet : – 77% souhaitent recevoir ou expédier des mails – 77% se déclarent intéressés par le vidéophonie – 47% envisagent de télécharger de la musique (40% des vidéoclips) Concernant le poste mobile, le téléphone, le montant moyen d’investissement par appareil est lui aussi en augmentation, 330 euros pour un 3G. La comparaison avec les matériels actuels est délicate, chaque opérateur ayant adopté des stratégies différentiées selon le pays d’implantation. On notera cependant que si 88% des hommes se déclarent intéressés par la 3G, les femmes ne sont que 36% !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur