Tempête Xynthia : France Télécom et SFR sur les rangs pour rétablir les communications

Sécurité

Encore 90 000 foyers privés de ligne fixe et haut débit. Deux à trois semaines d’attente à prévoir avant réparation dans certains cas.

A l’heure de la publication de l’arrêté de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle au Journal officiel, les opérateurs ont établi un premier bilan des conséquences de la tempête Xynthia en France, essentiellement sur les côtés vendéennes particulièrement touchées par le phénomène les 27 et 28 février dernier.

Il en ressort que, au-delà des drames humains et matériels constatés, 90 000 clients, direct ou indirects, de France Télécom étaient encore, ce mardi matin, privés de ligne téléphonique (appel vocaux et accès Internet haut débit) dans les régions Centre, Poitou-Charentes et Pays de la Loire. En nette amélioration par rapport aux 170 000 utilisateurs affectés lundi en fin d’après midi.

L’opérateur déclare avoir dépêché 2000 techniciens et spécialistes réseau pour tenter de rétablir les communications des régions sinistrés. « Plus d’une centaine de sites techniques qui ne sont plus alimentés électriquement nécessitent une alimentation de secours, précise France Télécom dans son communiqué du 2 mars. France Télécom a déplacé et a installé des dizaines de groupes électrogènes pour alimenter ses installations. »

L’opérateur prévient cependant que les réparations des coupures de réseau physiques (suite à une chute d’arbre ou dues aux inondations) nécessiteront un délais de l’ordre de 2 à 3 semaines. Bonne nouvelle du côté des réseaux GSM où « les communications mobiles sont quasiment revenues à la normale avec des taux de couverture à plus de 90 % dans toutes les régions ». Un millier d’antennes relais avaient été touchées par les coupures électriques.

La situation n’est guère plus enviable du côté de la concurrence. « On estime à environ 125 000 le nombre d’abonnés mobiles et à 13 000 le nombre d’abonnés fixe et haut débit SFR restant encore impactés par la tempête », avançait SFR dans un communiqué du 1er mars. Alors que les deux-tiers des antennes mobiles touchées par la tempête on pu être remise en service depuis le passage de Xynthia, il reste encore 250 relais inopérants.

Là encore, ce sont les régions privées d’électricité qui sont le plus à plaindre. Hier, la situation n’était donc pas « complètement rétablie » dans le Centre, la Champagne-Ardenne, la Lorraine, le Pays-de-la-Loire, le Poitou-Charentes, et tout particulièrement les départements Charente-Maritime, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Loiret, Maine-et-Loire et la Moselle. SFR a, pour sa part, mobilisé près de 600 techniciens dans les zones en question. Là encore, il s’agit de palier les coupures électriques à coups de « plusieurs dizaines » de groupes électrogènes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur