Teradata porte ses entrepôts de données sous Linux

Régulations

A l’occasion du Teradata Partners 2005, qui se tient à Orlando, l’éditeur a fait plusieurs annonces clés dont le portage de son offre sous Linux

Teradata, la division de NCR spécialisée dans le ‘data warehouse’, cède aux appels de Linux. Après Windows, et malgré l’échec de cette version, l’éditeur se lance dans l’aventure Linux.

Rappelons que les applications de data warehouse de Teradata ne tournent que sur des serveurs NCR à processeurs Intel. Un choix technologique issue du développement par NCR d’une architecture spécifique aux applications de Teradata qui permet d’optimiser ces dernières. Teradata a sélectionné dans un premier temps une distribution spécifique de Linux, la version SuSE Linux Enterprise Server 9 de Novell, retenue en particulier pour ses améliorations au niveau de la sécurité et de la maintenance. Elle rejoint donc Microsoft Windows 2003 en mode 32 bits, et surtout NCR Unix SVR4 MP-RAS version 3.03, la version Unix de NCD qui équipe la majorité des serveurs de Teradata. La plate-forme sera le serveur NCR 5400 Server à double processeur Intel Xeon EM64T à 3,6Ghz en mode 64 bits. Pourquoi Linux ?

La question a été posée à Stephen Brobst, CTO (Chief Technology Officer) de Teradata. “Le choix de Linux est une démarche logique avec un système d’exploitation devenu un standard industriel. Linux est un OS pratique et pas cher. Et c’est le plus accessible des standards et très lé à Linux“. Pourquoi SuSE Linux ? “Nous ne pouvions retenir tous les Linux du marché. Et nous fournissons déjà des outils et des utilitaires une connectivité de charge et d’accès aux applications sous SuSE et Red Hat“. “Notre choix de SuSE Linux est aussi lié à la présence du système d’exploitation en Europe. Notre marché est à 40% en Europe, 40% en Amérique du Nord et à 20% en Asie“.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur