Miguel de Icaza fait appel aux développeurs pour tester Mono

Cloud

Performances et flexibilité sont au menu de la prochaine version Mono. Cette dernière permettra également de compiler du code pouvant fonctionner au sein du greffon Native Client de Google.

Miguel de Icaza, le responsable du projet Mono, une implémentation open source de la plate-forme .NET, fait aujourd’hui appel aux développeurs. Il leur demande en effet de tester le futur Mono 2.10, disponible en version de test pour Windows, Mac OS X et Linux.

Cette mouture présente de multiples avancées très intéressantes, dont la plus importante est sans conteste le support de Native Client. Le code généré par Mono pourra ainsi fonctionner directement à l’intérieur du greffon de Google. Notez que le compilateur just-in-time et le ramasse-miettes restent tous deux actifs sous Native Client.

Le compilateur C# pourra dorénavant utiliser n’importe quelle version de la mscorlib (celle du projet Mono, celle de Microsoft, une mouture personnalisée, etc.). Le compilateur VB pourra pour sa part adresser des profils .NET différents (2.0 et 4.0). Enfin, diverses modifications permettront aux compilateurs Python et F# de produire du code plus véloce.

Les performances de plusieurs composants et librairies sont également en nette hausse. Le ramasse-miettes SGen sera ainsi plus efficace et plus rapide que précédemment. La couche réseau sera moins gourmande en mémoire et en temps processeur. La librairie Mono.Simd a – elle aussi – été revue : elle offre de lancer des calculs parallèles, qui seront accélérés sous Mono (mais resteront compatibles avec la machine virtuelle .NET de Microsoft).

Dernier point, cette version préliminaire de Mono 2.10 corrige 228 bogues.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur