TF1 croit au succès de la TV par ADSL, pas de la TNT

Régulations

Patrick Le Lay a une nouvelle fois souligné que l’ADSL sera le modèle dominant de distribution des images télévisés au-delà de 2010

Depuis toujours, TF1 multiplie les attaques contre la TNT, la télévision numérique terrestre qui doit être lancée en mars prochain. Certes, la première chaîne de télévision européenne y sera présent. Mais pour le groupe, ce mode de distribution est voué à l’échec.

De nouveau, son p-dg Patrick Le Lay a répété que l’avenir de la télévision se résumerait en quatre lettres et pas en trois: ADSL et pas TNT. “Nous avons une conviction, c’est que de toute façon, les modes de distribution gagnants du futur sont l’ADSL et le satellite”, a-t-il déclaré lors de la réunion de présentation des comptes annuels. “Si on dépasse 2010, on assistera à la vrai révolution, l’ADSL sera le modèle dominant de la distribution de la télévision. Et à ce moment-là, on ne se posera plus la question de savoir quand on arrêtera la diffusion analogique (hertzienne), on arrêtera la diffusion hertzienne parce que la diffusion hertzienne est un moyen très cher”, a-t-il ajouté. Sans la nommer, Patrick Le Lay enterre la TNT, technologie hertzienne. Selon le scénario envisagé par TF1, en 2010, 4,5 millions de foyers seront abonnés au satellite (contre 3,6 millions en 2004), 2,5 millions au câble payant (comme en 2004), la télévision numérique terrestre gratuite sera captée par 10 millions de foyers et la TNT payante par 1,5 million. A cette date, la télévision gratuite par ADSL aura séduit 2,5 millions de foyers (contre 150.000 en 2004) et la télévision payante sur ADSL, un million (contre 80.000 en 2004). Pas d’ambitions mobiles

Contrairement à M6, TF1 n’entend pas devenir opérateur mobile virtuel. Pourtant, Bouygues, la maison mère exploite également Bouygues Telecom, troisième opérateur français.

“Nous n’avons pas l’intention d’acheter des minutes en gros pour les revendre au détail car nous ne voyons pas la raison objective pour laquelle nous ferions mieux que les grands opérateurs télécoms sur ce métier”, a expliqué Patrick Le Lay.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur