Pour gérer vos consentements :
Categories: Régulations

Le ton monte entre Huawei et les États-Unis

L’administration Obama s’est montrée très inquiète à propos de l’accord signé par Huawei sur le marché sud-coréen. Accord qui vise pour le géant chinois à fournir des équipements 4G à un des opérateurs locaux, LG Uplus. Rappelons que la Corée du Sud est un allié essentiel des Etats-Unis dans la région et que 28 000 G.I. sont en cantonnement dans le pays, qui reste sous la menace de son voisin du Nord.

Il n’en fallait pas plus pour mettre le feu aux poudres et relancer les suspicions d’espionnage chinois, au travers de Huawei. Ce dernier se défend en précisant qu’en tant que fournisseur majeur de technologies LTE, la vente de ses produits en Corée du Sud – pays où 50% des connexions mobiles se font aujourd’hui en 4G – n’a rien de surprenant.

LG Uplus indique qu’il ne fait que se fournir chez Huawei, l’exploitation des équipements n’étant pas assurée par la société chinoise, mais intégralement par l’opérateur sud-coréen.

N’achetez pas chinois – Ne travaillez pas aux USA

Bref, l’administration américaine poursuit son travail de dénigrement des équipementiers chinois, suspectés de fournir du matériel favorisant des opérations d’espionnage initiées par Pékin.

Ceci s’est traduit par plusieurs décisions en défaveur de l’équipementier. Le réseau mobile national d’intervention d’urgence américain a ainsi échappé à Huawei en 2011.

Dans une interview donnée il y a quelques jours, Ren Zhengfei, fondateur et président de Huawei, explique que la société préfère abandonner le marché américain, plutôt que de se retrouver au milieu de la bataille opposant les États-Unis à la Chine.

Il est probable que les produits de l’équipementier resteront accessibles aux États-Unis. Toutefois, Huawei pourrait ne pas chercher à y décrocher de nouveaux contrats et envisage sérieusement de demander à certaines de ses équipes de quitter le pays.

Crédit photo : © Laurent Hamels – Fotolia.com


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Que savez-vous des technologies de l’information russes ?

Recent Posts

Qui utilise (vraiment) les outils low code et no code ?

Près de 5 développeurs sur 10 utilisent des outils low / no code. Mais pour…

8 heures ago

DevSecOps : Snyk nomme Adi Sharabani CTO

Snyk a recruté Adi Sharabani au poste de chief technology officer. Il encadre l'évolution technique…

9 heures ago

JavaScript : Meta bascule Jest en open source

Meta a officiellement transféré Jest, son framework de test, à la Fondation OpenJS. Celle-ci s’engage…

10 heures ago

Avec Viva Goals, Microsoft rassemble les collaborateurs autour des objectifs business

Microsoft continue d’étoffer sa plateforme Viva, dédiée à l’expérience collaborateur, en lançant Viva Goals, un…

11 heures ago

Développeurs : Google Cloud pousse Assured OSS

Google Cloud va distribuer un catalogue de bibliothèques logicielles open source approuvées par ses soins.…

13 heures ago

Informatique quantique : BMW renforce sa collaboration avec Pasqal

Le groupe BMW et la start up Pasqal étendent leur collaboration pour concevoir des pièces…

15 heures ago