Transformation numérique et cloud : les entreprises en ordre de marche

CloudProjetsSSII

Les grandes entreprises ont pratiquement toutes défini une stratégie cloud d’envergure. Mais les niveaux d’adoption varient grandement, relève Infosys.

Le groupe de services IT Infosys a livré les résultats d’une enquête internationale sur la transformation numérique portée par le cloud dans de grandes entreprises.

94% des décideurs interrogés* disent que leur groupe a défini une stratégie de cloud computing étendue à l’ensemble de l’entreprise.

Pour 45% des répondants il s’agit essentiellement de lignes directrices. Celles-ci peuvent être adaptées localement ou en fonction des besoins commerciaux.

Dans ce contexte, le niveau d’adoption du cloud peut varier grandement d’une entreprise à l’autre. 11% ont une approche tactique et volontairement limitée du cloud. 19% ont adopté une approche en silo et ne savent pas trop comment tirer profit du cloud.

D’autres encore (19% également) l’ont adopté pour certaines charges de travail et cherchent à tirer davantage de valeur commerciale de cette migration.

Quant au plus grand nombre (51%), il s’appuie largement sur le cloud pour numériser son activité. Certaines fonctions sont plus engagées que d’autres.

Finance, RH, CRM

La migration vers le cloud est essentiellement motivée par les besoins d’intégration de technologies émergentes (citée par 50% du panel) et de compétitivité (49%).

La réduction des coûts informatiques globaux à travers l’utilisation du modèle de paiement à l’usage (45%) est un autre enjeu de taille.

Quels sont les principaux domaines concernés ?

Les migrations vers le cloud concernent avant tout les espaces de productivité des utilisateurs finaux (61%), notamment la messagerie électronique et l’intranet. Suivent les fonctions support des entreprises (59%) : finance, ressources humaines (RH) et relation client (CRM). La logistique et la production arrivent ensuite (55%).

Avec quels objectifs ?

Il s’agit surtout d’améliorer l’expérience client/utilisateur (pour 52% des répondants) et d’harmoniser l’environnement technologique dans lequel le groupe concerné évolue (50%).

L’alignement des systèmes hérités (Legacy system) étant considéré comme un défi majeur par près de 6 décideurs sur 10 (59%).

La répartition de la charge de travail entre cloud public, cloud privé et infrastructure hybride s’en ressent.

Cloud privé, public ou hybride ?

Globalement, 48,51% des dirigeants interrogés privilégient le cloud privé (surtout pour des questions de sécurité et de conformité réglementaire).

28,76% plébiscitent le cloud public (pour l’évolutivité et la disponibilité) et 18,4% optent pour une approche hybride.

En outre, 61% des organisations qui préfèrent le cloud privé traitent de 25 à 50% de leur charge de travail dans le cloud privé et 21% plus de 50%.

De même, parmi les entreprises qui privilégient le cloud public, 56% déclarent gérer 25 à 50% de leur charge de travail avec ce modèle de cloud.

La modèle hybride a aussi des adeptes. Toutefois, 97% des organisations traitent moins de 50% de la charge de travail via le cloud hybride.

*876 dirigeants informatiques et métiers d’entreprises dont le chiffre d’affaires annuel dépasse 1 Md$ ont été interrogés pour Infosys par Feedback Business Consulting. Amérique du Nord, Europe, Australie et Nouvelle Zélande sont les régions couvertes. (source : « Navigate your digital tranformation with Cloud »).

(crédit photo : via pexels.com)

Lire aussi :