Très haut débit dans les Yvelines: un modèle alternatif

Régulations

Le département a mis en place un réseau en fibre optique qui permettra de relier 40 zones d’activité. Originalité: le département ne joue pas le rôle d’opérateur et s’est passé des services de France Télécom

Les Yvelines viennent d’inaugurer un réseau en fibre optique permettant l’accès à l’Internet à très haut débit. Ce réseau est destiné aux entreprises et aux universités du secteur répartis sur 40 pôles d’activité. Jusque là, rien de nouveau. De plus en plus de régions et de départements déploient actuellement des réseaux mais la démarché des Yvelines est originale.

Au lieu de signer un contrat “Département innovant” avec France Télécom ou de devenir lui même opérateur (puisque la loi le permet désormais), le département a opté pour une autre solution. A l’image de ce qui a été fait en Moselle (voir notre article). Gilles Crespin, responsable des activités Internet pour la région explique: “Il s’agit de répondre aux besoins des entreprises car de nombreuses zones sont mal desservies. Il s’agit également d’établir des inter-connexions avec les réseaux des opérateurs alternatifs. Nous avons d’abord choisi un concessionnaire qui est le groupe Eiffage. Selon un appel d’offres précis, il a en charge les travaux et louera par la suite les capacités du réseau à des opérateurs. Eiffage n’activera pas les lignes mais les mettra à disposition”. L’investissement de 15,5 millions d’euros pour ce back-bone de 160 kilomètres est ainsi partagé entre Eiffage, le département, le conseil régional et le groupement Royal, la communauté scientifique et académique des Yvelines. Pourquoi ne pas avoir fait appel directement à un opérateur? “Ils n’ont pas d’argent à investir”, répond Gilles Crespin. “Nous devions régir nous mêmes. Nous avons opté pour ce modèle afin de créer les meilleures conditions de mise à disposition d’un réseau. Nous ne voulions pas être à la fois concessionnaire et opérateur comme dans certaines régions”. Les Yvelines ont donc un peu fait le travail des opérateurs mais la situation l’exigeait selon Gilles Crespin. D’ailleurs, le responsable avoue que France Télécom, qui tente d’imposer son contrat “Départements innovants” un peu partout a vu d’un mauvais oeil l’initiative du département. “En effet, la charte de l’opérateur historique ne nous a pas séduit. Pour France Télécom, nous avons facilité la vie de la concurrence”, note Gilles Crespin. La Charte a pour objectif d’étendre le haut débit en France mais surtout, elle doit permettre à France Télécom de garder les cartes en mains. Un certain nombre d’élus (Eure, Oise, Tarn, Manche…) estiment que France Télécom fait pression pour conserver son monopole et tenterait de “casser” les initiatives départementales ou régionales. Eiffage, concessionnaire du réseau pour 20 ans, louera donc les capacités aux opérateurs selon une grille tarifaire attractive et contractuelle: de 70 centimes/mètre et par an à 1,7 euro par mètre et par an selon la durée du contrat (incluant la maintenance). Déjà, Neuf Telecom a répondu présent. Il louera le réseau. Une demi-douzaine d’autres opérateurs sont attendus. 55 kilomètres d’artère ont déjà été ouverts et sont commercialisables entre Chateaufort et Saint-Germain-en-Laye.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur