TRIBUNE : AMD dans le collimateur des analystes

Régulations

Le challenger d’Intel pourrait souffrir d’un manque de liquidités, la rumeur
d’un rachat par un fonds d’investissement repart de plus belle

La bonne tenue du titre AMD (Advanced Micro Devices) à Wall Street serait entretenue artificiellement par la rumeur persistante d’un rachat du groupe par un fonds d’investissement.

Une rumeur qui prend sa source dans la conjonction de plusieurs informations, et d’abord l’acquisition d’ATI qui pèse lourdement sur la trésorerie du groupe, de même que la guerre des prix avec Intel qui mine sa marge, sans oublier le retour de Michael Dell, artisan de la stratégie exclusive de distribution des plates-formes Intel, qui revient à la tête de Dell.

Plus simplement, pour financer à la fois l’acquisition d’ATI, la R&D, les fabs (unités de fabrication) et leur passage aux 65 puis 45 nm, et l’arrivée de ses nouveaux produits quad core ou chipset, AMD a besoin de liquidités et pourrait se tourner logiquement vers des fonds d’investissement.

Dépasser les 25 % de part de marché sur le x86 (selon Mercury Research au quatrième trimestre 2006), intégrer le graphisme dans le chipset et bientôt le processeur, et se lancer dans la course au quad core avec un produit innovant, cela implique de suivre le rythme sur la production. Face au géant Intel et la puissance de son outil industriel, AMD est loin de disposer d’une surface économique équivalente.

De plus, Intel a marqué quelques points stratégiques ces derniers mois, qu’il s’agisse du succès du Core 2 Duo, du lancement de sa famille quad core, même hybride, ou des accords passés avec Apple et Sun.

Face à un tel mastodonte, le petit poucet certes marque des points, mais il souffre. A ce titre, la rumeur d’un rapprochement avec un (des) fonds d’investissement a du sens, mais elle reste à l’état de rumeur?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur