Tribune : de la complémentarité du cloud computing et de l’open source

CloudOpen Source

Cloud computing et open source partagent de nombreux points communs. Un sujet développé par Fabrice Bonan, patron de Talend.

Tout éditeur de logiciels – qu’il soit propriétaire ou open source – peut décider de fournir ses produits en mode SaaS. Les données ainsi générées sont stockées dans le cloud et tant que le client règle sa souscription, il y accède librement. Mais qu’arrive-t-il le jour où il décide de changer d’offre ? On l’a vu récemment avec la fermeture de Megaupload : les utilisateurs qui recourraient à ce service pour stocker des données « légitimes » (nous ne parlerons pas ici des problématiques légales vis-à-vis des données sous copyright) se sont retrouvés dans l’impossibilité de les récupérer.

En proposant simultanément des offres accessibles librement et sur souscription, l’approche des éditeurs open source est ici fondamentalement différente de celle des éditeurs propriétaires. Lorsque les utilisateurs des offres open source payantes décident de recourir à un autre outil, ils ont toujours la possibilité de « downgrader » leur solution vers la version communautaire pour récupérer leurs données et continuer à exploiter leurs systèmes. Dans le cas de l’intégration de données, ils perdent certes certaines fonctionnalités avancées de déploiement et de management, mais leurs jobs d’intégration continuent de fonctionner. Les entreprises gardent ainsi la maîtrise de leurs données. Elles ne sont pas contraintes de conserver un fournisseur, uniquement parce que celui-ci détient une partie – stratégique – de leurs ressources. Ce n’est absolument pas le cas des éditeurs propriétaires qui n’offrent que de très faibles garanties de récupération des données.

D’autres dangers guettent les entreprises. Notamment la sécurité des données dans un environnement « multitenant » où les données de tous les clients sont stockées dans une seule et même base de données, celles-ci n’étant cloisonnées qu’au seul niveau logiciel. L’interopérabilité des différents services de cloud est également un enjeu essentiel, car on n’imagine pas les entreprises prêtes à confier la totalité de leur système d’information à un fournisseur unique. Et en l’absence de standards, les API ne peuvent régler ce problème aujourd’hui. On comprend donc pourquoi le cloud doit être ouvert, au risque de décourager la plupart des entreprises. Et les éditeurs open source sont prêts à aider les opérateurs de cloud à favoriser cette interopérabilité.

On le voit bien, tenter d’opposer cloud et open source ne mène nulle part : les deux sont au contraire « génétiquement » complémentaires. En revanche, les utilisateurs doivent impérativement être conscients des enjeux liés à l’ouverture du business model de l’éditeur qui leur fournit des logiciels. Leur liberté en dépend.

Crédit photo : © Talend

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT