Tribune : la France met fin au #hashtag… #RIP #ridiculous #mot-dièse #fail

Régulations

Fini « hashtag », le marqueur de métadonnées de Twitter. Désormais il faut dire « mot-dièse »… #ridiculous commente la presse américaine.

La presse américaine a trouvé un « hashtag » pour qualifier la parution au Journal Officiel (JORF n°0019 du 23 janvier 2013 page 1515 texte n°103) d’une nouvelle règle qui s’ajoute au « Vocabulaire des télécommunications et de l’informatique » : #ridiculous. Dommage, nous avons raté une nouvelle occasion de ne pas paraître ridicules, avec ou sans #.

#gazouiller #mot-dièse #ridiculous

Le Journal Officiel nous apprend donc que « mot-dièse » est un nom masculin (n.m.) qui répond à la définition « Suite signifiante de caractères sans espace commençant par le signe # (dièse), qui signale un sujet d’intérêt et est insérée dans un message par son rédacteur afin d’en faciliter le repérage ». Le texte nous indique également le pluriel : « mots-dièse ».

Grâce au rédacteur de ce remaniement linguistique – la Commission Générale de Terminologie et de Néologie, à qui revient la mission d’enrichir la langue française – un nouveau mot fait son entrée dans le dictionnaire. Le JO nous indique en complément :

  1. En cliquant sur un mot-dièse, le lecteur a accès à l’ensemble des messages qui le contiennent.
  2. L’usage du mot-dièse est particulièrement répandu dans les réseaux sociaux fonctionnant par minimessages.

Enfin, pour ceux qui ne l’auraient pas encore compris, mot-dièse a un équivalent étranger : hashtag.

Quand la presse américaine s’amuse à nos dépens…

La nouvelle a fait peu de bruit dans l’hexagone, mais plus de vagues sur Twitter, où l’on a beaucoup twitté, pardon « gazouillé » (encore une action de la Commission générale de terminologie et de néologie) autour de l’usage du hastag ‘#’, pardon du « dièse », pardon du « croisillon »… eh oui !

Et pourtant, cela ne changera certainement pas nos habitudes : nous continuerons de placer des hashtags dans nos tweets – pardon, de placer des mots-dièse dans nos minimessages, décidément ! – ce qu’affirme très directement le site engadget : « #Ridiculous, or why the French have renamed the hashtag: a play in no parts ». Et d’enchainer sur un dialogue imaginaire entre Immortels, où les membres de l’Académie sont affublés d’un mot-dièse : #kiki !

#mot-dièse #RIP #fail

Le magazine Forbes y va également de sa critique, avec un traitement plus sérieux, toutefois. « France Bans The Hashtag » démarre pourtant sur un « #RIP the hashtag » et un rappel qu’il n’y a guère que la France à vouloir ainsi abandonner une expression qui ne lui appartient pas… Et le Québec qui impose la francisation parfois à outrance des expressions anglo-saxonnes, à Montréal il ne faut pas dire « mot-dièse » mais « mot-clic ».

Pour Forbes, la défense de la langue française ne justifie pas tout, et surtout pas de renommer une expression imposée par les utilisateurs de Twitter. Et de conclure que le Gouvernement français ferait mieux de se préoccuper de choses plus importantes, au risque de devoir affronter un « #fail » !

Tout faux, dièse n’est pas sharp

Quant au Huffington Post, « France Shuns ‘Hashtag,’ Introduces New Twitter Term, ‘Mot-Dièse’ », il renvoie tout le monde dans les cordes en rappelant que le hashtag de Twitter n’est pas associé à l’expression symbolique du dièse (#), mais à l’expression informatique du signe sharp (♯). Donc, finalement, tout le monde se serait #planté ? Non, car ‘sharp’ se traduit en français par ‘dièse’. Finalement, on ne s’en sortira pas…

Source image : Twitter


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur