TRIBUNE : ISO, le retour de bâton Microsoft OOXML

Régulations

Les travaux de l’ISO/IEC sur la standardisation d’Office Open XML sont au point mort. La faute à la stratégie de lobbying agressif de Microsoft ?

La stratégie de lobbying de Microsoft pour faire accéder son format bureautique Office Open XML (OOXML) au rang de standard de l’industrie pourrait bien se retourner contre l’éditeur.

On se souvient que lors du premier vote, local, Microsoft avait fait preuve d’un lobbying actif, incitant des membres de son écosystème à rejoindre rt adhérer aux commissions représentatives de l’ISO dans chaque pays (Afnor en France) pour participer et bien évidemment infléchir le vote.

Dans certains cas révélés, Microsoft est même allé jusqu’à financer l’adhésion de certains de ses partenaires aux commissions (lire nos articles).

Le cumul des votes des commissions locales s’est cependant conclu pas un ‘Non avec commentaires‘, qui ne bloque pas le projet de Microsoft mais impose la discussion.

Plus d’un mois après, il semblerait que les travaux du comité SC 34 du Joint Technical Committee 1 de l’ISO (International Organization for Standardization) / IEC (International Electrotechnical Commission), en charge de débattre sur OOXML, sont au point mort.

En cause, l’absence des nouveaux membres de la commission, des membres P qui disposent d’un droit de vote et qui sont apparus lors du premier vote…

Avant le vote initial, le nombre de membres O (Observer) a fortement augmenté dans de nombreux pays, se joignant aux travaux de SC 34. Et dans les jours qui ont précédé le vote, beaucoup d’entre eux ont soudainement basculé leur adhésion en membres P (Principal), afin de participer au le vote… et de l’influencer .

Cet afflux en masse est bien la démonstration de la volonté de certains protagonistes d’influencer le vote de la commission, dans les deux camps d’ailleurs, nous avons cité Microsoft en préambule, mais les opposants à l’éditeur ne sont pas restés inactifs non plus !

Sauf que les votes de SC 34 se font à la majorité (50 %) des membres disposant d’un droit de vote, mais que les nouveaux inscrits ne semblent pas avoir la fibre des activistes engagés, et pour cause… Résultat, la commission est bloquée !

En cherchant à exploiter et peut-être à manipuler les règles de l’ISO/IEC, Microsoft – dont l’attitude est sans surprise pointée du doigt par IBM (!) et une partie de la communauté open source – comme ses opposants n’ont finalement aboutis qu’à une impasse.

Le résultat en sera probablement une modification des règles de fonctionnement de l’ISO/IEC, pour éviter qu’un tel cafouillage, plus ou moins orchestré par une partie des protagonistes, ne se renouvelle.

Certes, mais encore faudra-t-il que l’ISO/IEC adopte et surtout fasse appliquer des règles de transparence qui les protègent de ce type de dérive… Sans pour autant risquer de décourager ceux qui souhaitent participer aux processus de standardisation.

Quant à Microsoft, il a indiqué que sa décision de participer aux processus de standardisation de l’ISO relevait de ses actions locales, dans chaque pays concerné. Là où s’exerce son lobbying avec le plus d’efficacité ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur