Tribune: les pouvoirs publics ignorent l’industrie du logiciel?

Régulations

Nous ouvrons une tribune sur le rôle des pouvoirs publics face à l’industrie française du logiciel. Philippe Hamon, directeur général de Docubase et membre du conseil d’administration de l’APROGED, ouvre le feu. Vous avez la parole?

Les pouvoirs publics ignorent l’existence de l’industrie des logiciels en France“. Philippe Hamon, directeur général de Docubase et membre du conseil d’administration de l’APROGED, et bien placé pour analyser le marché Français. De fait, les grands éditeurs, essentiellement américains, ont pignon sur rue en France, et jettent une ombre sur la production nationale, qui pourtant n’a pas à rougir par la qualité de ses produits. “Les grands donneurs d’ordres n’en sont pas convaincus et donnent la priorité aux grands éditeurs, aux Microsoft ou Oracle“. Un phénomène amplifié par les gros intégrateurs, qui pour des raisons économiques ont tout intérêt à jouer la carte des géants du progiciel ! Pourtant, jouer cette carte présente un risque important pour les entreprises comme pour les administrations. “Le prix est un faux critère. La concurrence américaine se présente le plus souvent sous la forme de boîtes à outils, qui nécessitent beaucoup d’interventions et de mise en correspondance”. Une démarche qui sourit aux intégrateurs, les principaux gagnants de ces surcoûts. Mais pénalise les éditeurs français, qui tendent plutôt à proposer “des briques logicielles pourtant plus rapides à installer, plus évolutives et plus facilement paramètrables“. Mais surtout, les solutions des géants “n’offrent pas de garantie de pérennité de leurs produits parce qu’ils changent souvent de stratégie“. Et les pouvoirs publics dans tout ça ? “Ils jouent un rôle essentiel au travers des appels d’offres et des acquisitions, donc essentiel pour l’industrialisation de notre secteur, qui peine à arriver au niveau des anglo-saxons“. “Sans l’intervention des pouvoirs publics, nous allons réduire l’industriel française du logiciel à une peau de chagrin. L’industrie américaine dispose ‘patriot act’ qui lui donne la priorité sur son territoire. Et pourquoi pas en France ?“. Le débat est ouvert. Vos commentaires seront les bienvenus sur redaction@silicon.fr.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur