Trois demandes en mariage pour Alice

Régulations

Mais le prix pourrait être revu à la baisse

La cession d’Alice se précise. Comme prévu, le banque Calyon en charge de la vente pour Telecom Italia, la maison mère du FAI, a reçu le 29 avril dernier les offres fermes des candidats. La liste des prétendants est, selon l’agence Dow Jones, composée d’Iliad (Free), de Neuf Cegetel et de Numericable. Pas de surprise donc.

C’est du côté du prix que l’on pourra s’étonner. Les premières estimations valorisaient le FAI (en se basant sur la vente de Club-Internet) à 600/650 millions d’euros. Ensuite, on a évoqué la somme de 800 millions d’euros. L’opérateur italien espérerait même un milliard pour sa filiale. Mais selon Dow Jones, les montants des offres seraient inférieur.

En effet, un examen détaillé du fournisseur d’accès à Internet aurait montré qu’il ne compte pas 900.000 clients haut débit mais 800.000. Et comme le FAI est dans le rouge financièrement (75 millions d’euros de perte au premier trimestre), Telecom Italia pourrait revoir ses ambitions à la baisse.

Pour autant, la grande blonde reste très séduisante. Elle représente la dernière proie possible pour les géants du Net français.

Neuf Cegetel (qui appartient désormais à SFR), qui a avalé AOL et qui est en passe de digérer Club-Internet pourrait en cas de rachat voir sa base d’abonnés bondir à plus de 4 millions d’abonnés et se rapprocher ainsi d’Orange et de ses 7,5 millions de clients.

Ce rachat permettrait à Free de reprendre la deuxième place du marché français (3,8 millions de clients) mais le trublion de l’ADSL doit mener plusieurs fronts : la fibre optique (300 et 400 millions d’euros d’ici l’année prochaine) et l’éventuelle 4e licence 3G. Quant à Numericable, il n’a jamais caché ses intentions de se rapprocher d’un FAI ADSL.

Le vainqueur pourrait être connu à la fin du mois.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur