TV Mobile : intéresse-t-elle vraiment les consommateurs ?

Cloud

Difficile de se faire une opinion tant les études sont contradictoires

Véritable buzz de l’année 2007, la TV Mobile diffusée (ou encore TNT mobile) est au centre des stratégies de la plupart des opérateurs mobiles mondiaux. Grâce à une diffusion hertzienne, elle pourra toucher plus de monde et apporter des contenus de meilleure qualité par rapport à la TV mobile qui existe aujourd’hui via les réseaux 3G.

Alors que la norme DVB-H a été adoubée en France et Europe et que les lancements en France sont prévus (au mieux) pour l’été prochain, il serait temps de savoir si ce service sera plébiscité ou non par les consommateurs et les abonnés. Deviendra-t-elle la ‘killer application’ tant attendue par les opérateurs qui devront massivement investir pour proposer ce service ? Représente-t-elle l’avenir de tous le secteur de la télévision, comme l’affirme notre sémillante ministre de la Culture, Christine Albanel ?

Difficile de répondre à cette question tant les études sont contradictoires ou influencées. Ainsi, Nokia a publié plusieurs sondages sur la question montrant que les consommateurs européens attendaient avec impatience ce service et étaient prêts à payer le prix fort (7 euros par mois en moyenne) pour y accéder. Mais Nokia est le principal soutien de la norme DVB-H en Europe…

Fin septembre, l’institut Gartner douchait les plus optimistes. Dans le cadre d’un abonnement payant (5 à 10 euros par mois), seulement 5 % des Européens souhaitent regarder la TV mobile dans les douze prochains mois, contre 20 % des Asiatiques, révèle une de ses études. Aïe !

Juniper Research a une vision autrement plus positive. Le cabinet a estimé que le marché de la TV Mobile ( tous standards et modes de diffusion ) représentera 120 millions d’utilisateurs en 2012 générant 6 milliards de dollars si ces différents obstacles sont levés.

En France, selon OC&C Strategy Consultants, le marché de la télévision mobile pourrait compter 10 millions d’abonnés en 2016, et atteindre les 900 millions d’euros de chiffre d’affaire.

Ce mardi, l’institut Harris Interactive souligne que 25% des internautes Français sont intéressés par la TMP (télévision mobile personnelle), dont 6% sont très intéressés et 19% assez intéressés. 54% des personnes intéressées déclarent avoir l’intention de souscrire à une offre de TMP si elle leur était proposée au tarif mensuel de 5 euros, dont 21% de façon certaine. A 10 euros par mois, cette proportion passe à 24% dont 4% de façon certaine.

Voilà de quoi remonter le moral des opérateurs. Pour autant, tous les observateurs et les analystes qui tablent sur un succès de la TV mobile s’accordent sur un point capital. Ce succès sera dépendant de la levée d’un certain nombre de questions et d’obstacles.

Le choix même du DVB-H fait encore débat. « Il est prématuré de choisir une norme unique, alors que de nombreux opérateurs font encore des expérimentations », expliquait il y a peu Jacques Briquemont, responsable des affaires publiques de l’Union européenne des radiodiffuseurs.

« En régulant un service avant son lancement, on risque de tuer le marché », nous expliquait il y a peu Jerry Hanley, Regional Director Business Development Europe MediaFlo pour Qualcomm, principal concurrent du DVB-H… « Les opérateurs devraient avoir le choix, un standard unique n’est pas une bonne solution économique ».

Par ailleurs, les conflits d’intérêts autour du modèle économique entre opérateurs et groupe audiovisuels bloquent la mise en orbite de la TV mobile, notamment dans notre pays.

Le problème est simple. Les chaînes de TV plaident sur un modèle économique basé sur le gratuit et financé par la publicité. Les opérateurs mobiles, dont les investissements réseaux ont été colossaux, exigent un modèle payant. Et personne ne semble vouloir mettre de l’eau dans son vin…

D’ailleurs, le Groupement TNT, organisation composée de la plupart des chaînes gratuites de la TNT, a fait part de ses « inquiétudes sur le modèle proposé« . Un modèle combinant gratuité (pour les grandes chaînes) et abonnement (pour les chaînes thématiques) apparaît comme étant la bonne solution. Mais là encore, les parties en présence peinent à se mettre d’accord.

Bref, le succès de la TV mobile repose encore sur de nombreuses incertitudes qui relativisent toutes les études sur la question.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur