TV Mobile : l’Europe opte pour le DVB-H

Régulations

L’utilisation commune de ce standard devrait permettre l’accélération de son
déploiement et des économies d’échelle

C’est une bonne nouvelle pour les acteurs du secteur de la TV Mobile diffusée. L’Europe, par la voix de sa commissaire à la Société de l’Information, Viviane Reding, va proposer l’adoption du standard DVB-H sur le Vieux Continent. Une communication en ce sens devrait être publiée le 10 juillet prochain.

En proposant un standard européen, la Commission européenne ne fait que confirmer une tendance lourde. De nombreux pays de l’Union ont déjà opté pour cette technologie dérivée de la TNT. En Italie, où la TV mobile a déjà été lancée mais aussi en France, même si le DVB-H pourrait être allié au satellite.

Mais cette standardisation va surtout permettre l’accélération du déploiement de la TV mobile en Europe. Le risque était de voir certains pays opter pour une technologie différente de celle de son voisin. Une éventualité qui pourrait tuer le marché… “Un standard ouvert et commun, au moins en Europe, est crucial”, nous expliquait un directeur technique d’Eutelsat. “Il s’agit d’un critère déterminant pour assurer la continuité de service et la solidité du modèle économique de la TV sur mobile”, renchérit Bertrand Mabille, directeur de la stratégie et de la réglementation pour SFR.

Une vision complètement partagée par Viviane Reding qui espère que sa communication marquant le choix de l’Union pour le DVB-H pousse les Etats à promouvoir ce standard. Quitte à la rendre obligatoire si certains traînent des pieds.

Le choix d’un standard permettra également des économies d’échelle importante. Il s’agit de renouveler le succès de la norme GSM qui a établi l’Europe comme leader mondial dans la communication, selon Viviane Reding citée par la Tribune.

Pour autant, cet effort de normalisation permettra-t-il au marché de rattraper son retard ? Excepté quelques lancements, la TV mobile ne risque pas d’être une réalité avant 2008. Or, des événements sportifs de taille, comme la Coupe du monde de rugby en septembre, sont censés accélérer l’émergence de ce marché.

En France, les observateurs estiment que le marché ne sera pas prêt. Les conflits d’intérêts autour du modèle économique entre opérateurs et groupe audiovisuels bloquent le processus.

Le problème est simple. Les chaînes de TV plaident sur un modèle économique basé sur le gratuit et financé par la publicité. Les opérateurs mobiles, dont les investissements réseaux ont été colossaux, exigent un modèle payant.

“La publicité ne pourra pas être le financeur intégral du réseau, elle financera au maximum à 30%“, explique Catherine Le Drogo Ferrari, directrice des offres multimédia mobile d’Orange.

Mais les différences sont profondes. Chez SFR on estime que “personne n’y gagnera” si les discussions n’avancent pas. C’est pourtant bien ce qui se produit…

De fait, alors que tous les spécialistes tablaient sur un lancement à l’automne 2007 et une couverture quasi totale du territoire pour 2008-2009, il faudra attendre 2008 pour que la TNT mobile devienne une réalité. Et il est loin de s’agir d’une date butoir. De leur côté, les opérateurs estiment improbable le lancement de l’offre avant l’été.

Selon une étude menée par OC&C Strategy Consultants, le marché de la télévision mobile en France pourrait atteindre 500 millions d’euros en 2013.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur