TV Mobile : l’Europe souhaite que le DVB-H soit un standard unique. Mais…

Régulations

Pour Bruxelles, une seule norme permet des économies et surtout un décollage
plus rapide

Le DVB-H, technologie de télévision sur mobile diffusée (ou TNT Mobile) vient de remporter une victoire de taille.

L’Europe, par la voix de sa commissaire à la Société de l’Information, Viviane Reding, vient de se prononcer officiellement en faveur de l’adoption globale de cette norme sur le Vieux Continent. Concrètement, la Commission va inscrire la technologie DVB-H sur la liste des normes communautaires.

Il s’agit pourtant d’une ‘non-annonce’. En proposant un standard européen, la Commission européenne ne fait que confirmer une tendance lourde. De nombreux pays de l’Union ont déjà opté pour cette technologie dérivée de la TNT. En Italie, où la TV mobile a déjà été lancée mais aussi en France, même si le DVB-H pourrait être allié au satellite.

Mais cette standardisation va surtout permettre l’accélération du déploiement de la TV mobile en Europe. Le risque était de voir certains pays opter pour une technologie différente de celle de son voisin. Une éventualité qui pourrait tuer le marché… “Un standard ouvert et commun, au moins en Europe, est crucial”, nous expliquait un directeur technique d’Eutelsat. “Il s’agit d’un critère déterminant pour assurer la continuité de service et la solidité du modèle économique de la TV sur mobile”, renchérit Bertrand Mabille, directeur de la stratégie et de la réglementation pour SFR.

Même tonalité de la part d’OC&C, un cabinet qui a réalisé une longue étude sur la TV Mobile : “Dans la nébuleuse technologique, seul le DVB-H peut prétendre servir de support principal à la télévision mobile personnelle en France”.

Une vision complètement partagée par Viviane Reding qui espère que sa communication marquant le choix de l’Union pour le DVB-H pousse les Etats à promouvoir ce standard. Quitte à la rendre obligatoire en 2008 si certains traînent des pieds. Car le retard de l’Europe en la matière commence à devenir important.

Le choix d’un standard permettra également des économies d’échelle importante. Il s’agit de renouveler le succès de la norme GSM qui a établi l’Europe comme leader mondial dans la communication.

Pour autant, le consensus n’est pas total. “Il est prématuré de choisir une norme unique, alors que de nombreux opérateurs font encore des expérimentations”, explique au Figaro Jacques Briquemont, responsable des affaires publiques de l’Union européenne des radiodiffuseurs.

Par ailleurs, l’utilisation du seul DVB-H pourrait poser problème. Il est moins performant à l’intérieur des bâtiments alors que les utilisateurs ont montré leur intérêt pour une utilisation ‘indoor’ de la TV Mobile. C’est pourquoi Alcatel-Lucent pousse une solution hybride satellitaire, le DVB-SH. Mais selon les observateurs, cette technologie ne sera pas disponible avant 2009…

Cet effort de normalisation permettra-t-il au marché de rattraper son retard ? Excepté quelques lancements (lire notre encadré) , la TV mobile ne risque pas d’être une réalité avant la seconde moitié de 2008. Or, des événements sportifs de taille, comme la Coupe du monde de rugby en septembre, sont censés accélérer l’émergence de ce marché.

En France, les observateurs estiment que le marché ne sera pas prêt. Les conflits d’intérêts autour du modèle économique entre opérateurs et groupe audiovisuels bloquent le processus.

Le problème est simple. Les chaînes de TV plaident sur un modèle économique basé sur le gratuit et financé par la publicité. Les opérateurs mobiles, dont les investissements réseaux ont été colossaux, exigent un modèle payant.

De fait, alors que tous les spécialistes tablaient sur un lancement à l’automne 2007 et une couverture quasi totale du territoire pour 2008-2009, il faudra attendre 2008 pour que la TNT mobile devienne une réalité. Et il est loin de s’agir d’une date butoir.

Selon une étude menée par OC&C Strategy Consultants, le marché de la télévision mobile en France pourrait atteindre (avec une formule payante de 5 à 7 euros par mois) 900 millions d’euros et 10 millions d’abonnés en 2016.

Le choix du DVB-H est également une victoire pour Nokia, principal artisan de cette technologie et qui a multiplié les initiatives pour l’imposer en Europe. Au grand dam de l’américain Qualcomm qui a développé un standard maison, le MediaFLO utilisé notamment aux Etats-Unis et dans quelques pays d’Asie.

Pour OC&C, ce standard, “malgré des performances techniques plus qu’honorables, est arrivé trop tard, avec des contraintes de propriété intellectuelle, (il) semble hors course”.

Quant au DMB, déployé en Corée du Sud, pionnier de la TV Mobile, il n’est pas adapté au flux de données concernés par la TV Mobile.

Avec le choix européen, le DVB-H pourrait prendre la position de leader dans le monde. Outre l’Italie; l’Espagne, l’Allemagne, la Russie et l’Afrique du Sud ont planifié des lancements.

Italie : un premier bilan mitigé Lancée par l’opérateur 3 il y a un an, le DVB-H patine. Selon une étude d’OC &C, passé l’effet Coupe du Monde de football, les abonnements se sont rapidement ralentis. Alors que l’opérateur tablait sur 500.000 clients six mois après le lancement, on en dénombre que 300.000, huit mois après, en février dernier.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur