TV Mobile, SFR: les abonnés prêts à débourser 7 euros/mois

Régulations

L’opérateur mobile, Canal+, Nokia et TowerCast font le point sur leur test en grandeur nature d’un service TV en DVB-H

La TV sur mobile prend forme. Les acteurs du marché, qu’il s’agisse des équipementiers ou des chaînes de télévision, passent à la vitesse supérieure. La TV sur mobile représente un très juteux marché. Le succès de la TV sur terminaux 3G (qui utilise le streaming) conforte les ambitions de chacun…

Après France Télécom, Bouygues, TPS, Orange et Bouygues Telecom ; SFR, Nokia, Canal+ et TowerCast ont lancé une expérimentation en grandeur nature, en septembre dernier. Une sélection d’abonnés SFR Canal+ ont donc eu accès à un terminal Nokia 7710 doté d’un module DVB-H. Les services proposés (des chaînes du groupe Canal+) ont été encodées depuis le Centre de Diffusion Numérique du Groupe Canal, transmis jusqu’aux 3 émetteurs de TowerCast (Porte de Bagnolet, Porte de Sèvres et Porte Maillot) pour diffusion sur le canal 29. L’expérimentation client avait pour objectif d’évaluer: la qualité de la réception des services proposés (à l’extérieur, à l’intérieur, en mouvement); la richesse du bouquet de services (chaînes, radios, services interactifs); les usages par les abonnés testeurs de la TV en mobilité; l’adéquation entre le bouquet de services et les attentes client dans le cadre de la télévision mobile. L’expérimentation a également pour objectif de tester les paramètres techniques, d’identifier et de tester les modèles économiques pertinents. Aujourd’hui, les partenaires font le bilan de ces tests. Il peut se résumer en une phrase: un service très attendu pour lequel les abonnés sont prêts à payer le prix fort… Les testeurs regardent la TV en moyenne 20 minutes par jour. 50 % des testeurs déclarent regarder la TV mobile plutôt au domicile, 14 % dans les transports (à pondérer par l’absence de couverture du métro durant l’expérimentation) et 12 % sur le lieu de travail. Trois périodes de forte utilisation ont été observées: le matin (9/10H), le midi (13/14H) et le soir (20/22H). 18 % des testeurs ont déclaré avoir regardé la TV une fois par semaine, 57 % plusieurs fois par semaine, et 25 % une fois par jour. Les programmes les plus plébiscités sont : l’information, la musique, le divertissement, le sport, les documentaires et, pour les testeurs CANAL+, le cinéma. 73 % des utilisateurs se déclarent plutôt ou très satisfaits de l’utilisation du service. Plus de 80 % d’entre eux se déclarent satisfaits de l’offre de contenus proposée. 68 % des testeurs seraient prêts à souscrire à un abonnement tel que proposé dans l’expérimentation pour 7 euros /mois ou plus. Cette étude ne fait que confirmer ce qu’on sait déjà. La TV mobile deviendra certainement la killer application des prochaines années. Pour autant, les conclusions de ce test ne répondent pas à de nombreuses questions encore en suspens… On observe ainsi que l’utilisation de ce service à domicile est forte. Or, le DVB-H peut être, selon plusieurs observateurs, limité en réception indoor. “Si le ‘indoor’ est prédominant dans les usages, il faudra se poser la question d’une technologie alternative”, prévient Didier Huck, VP chez Thomson. Précisément, l’idée est de mixer DVB-H et satellite, une idée défendue notamment par Alcatel. Par ailleurs, le développement DVB-H en France sera pénalisé par le manque de fréquences. Le DVB-H exploite le réseau hertzien analogique UHF qui aujourd’hui est saturé en France. Il le sera tant que les chaînes hertziennes ne basculeront pas de l’analogique au numérique. Ce qui prendra du temps. Faute de fréquences libres, l’offre en chaînes sera limitée. Enfin, il faudra bien se mettre d’accord sur un standard européen. En Grande-Breatgne par exemple, BT et Virgin Mobile vont se lancer avec la norme DAB. Et d’autres technologies existent (Mediaflo…). “Un standard ouvert et commun, au moins en Europe, est crucial”, martèle un directeur technique d’Eutelsat. “Il s’agit d’un critère déterminant pour assurer la continuité de service et la solidité du modèle économique de la TV sur mobile”, renchérit Bertrand Mabille, directeur de la stratégie et de la réglementation pour SFR. Bref, le DVB-H n’a pas encore ramassé la mise malgré le soutien appuyé de Nokia… Selon Strategy Analytics, le marché de la TV mobile devrait compter 50 millions d’utilisateurs à l’horizon 2009, pour un chiffre d’affaires estimé à 6,1 milliards de dollars. TV Mobile téléphonée vs. TV Mobile diffusée

La télévision mobile n’existe pour l’heure que sous forme de ‘streaming’ (diffusion en continu) ou de vidéo à la demande sur les terminaux de nouvelle génération. Tout l’enjeu est de transformer l’appareil en récepteur de télévision en direct, utilisant les ondes hertziennes à l’image de la TNT. La TV sur mobile ne dépend pas de la capacité des réseaux. Inutile d’avoir accès au GPRS ou à l’UMTS pour supporter ce nouveau service. Ainsi, quel que soit le nombre d’utilisateurs connectés à un instant donné dans une même zone, la qualité du signal reste la même à la différence de la réception par les réseaux de télécommunications mobiles actuels. La diffusion se fait tout simplement par les voies hertziennes, comme la bonne vieille TV du salon. La réception de programmes est possible grâce à l’ajout d’une puce ou d’un module DVB-H (Digital Video Broadcast Handheld) au terminal. Ce module est aujourd’hui techniquement prêt et notamment proposé par des entreprises françaises comme DibCom.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur