Twake : le porte-drapeau souverain de Linagora face à Office 365

CollaborationLogicielsOpen Source

Pour jouer l’alternative aux GAFAM, Linagora pousse la plate-forme collaborative Twake, qu’il a acquise l’été dernier. Comment approche-t-il le marché ?

« Sur une échelle de 1 à 5, quelle fonctionnalité voudriez-vous voir améliorée sur votre plate-forme collaborative ? » Cette question, Linagora la pose dans un sondage lancé à la mi-février. Il en organise un autre en parallèle, intitulé « Aidez-nous à améliorer Twake ! ».

Voilà quelques mois que cette marque est au centre des démarches de l’éditeur francilien. Et pour cause : elle constitue son nouveau porte-drapeau face à Office 365.
À l’origine, il y a une technologie propriétaire signée d’une start-up lorraine. Son cœur fonctionnel regroupe quatre briques qui la positionnent sur le terrain du duo Slack-Teams. En l’occurrence, messagerie instantanée, calendrier, gestion de tâches et stockage de fichiers.

Linagora avait fait l’acquisition de Twake l’été dernier et l’avait basculé sous licence libre (AGPL). Il projetait alors une intégration au sein de son produit phare : la suite OpenPaaS, moins axée sur la messagerie instantanée et dotée notamment d’une composante e-mail.
L’éditeur suit finalement le chemin inverse. Son objectif : intégrer, d’ici à fin 2021, les fonctionnalités d’OpenPaaS dans Twake. Et ne conserver que cette dernière marque.

La transition a démarré. Linagora a, par exemple, récemment fait la jonction entre Twake et OnlyOffice Docs, déjà connecté à OpenPaaS. La même chose est prévue avec un autre logiciel tiers : Jitsi, pour la visioconférence*.

OVHcloud et Iliad pour un Twake souverain

La transition est également enclenchée sur le volet commercial. Côté OpenPaaS ne reste plus que la version open source, à déployer de préférence avec Docker. L‘option SaaS (5 $/mois/utilisateur) a disparu du catalogue. Il faut désormais se tourner vers Twake, qui a lancé la sienne en début d’année et l’a assortie d’une offre promotionnelle. Celle-ci court pour le moment jusqu’au 31 juillet 2021. Son contenu : six mois gratuits pour un maximum de 50 utilisateurs sur l’édition Standard.

La version open source de Twake n’est pour le moment pas remise en cause. Lors de son passage sous licence libre, on nous avait affirmé qu’il n’existait pas de différences fonctionnelles avec la version SaaS. Depuis, on s’est distancé de cette promesse sur certains points. Illustration avec la composante bureautique, réservée aux éditions Premium et Entreprise. Même chose pour le SSO.

tarifs Twake
La tarification à 2,99 €/mois/utilisateur est censée valoir pour les 10 000 premières entreprises à s’abonner. Linagora revendique pour le moment « plus de 300 » clients.

À terme, les versions SaaS différeront essentiellement sur l’espace de stockage, la sécurité (gestion d’appareils, chiffrement de fichiers…) et le niveau de support. Certaines fonctionnalités pas encore à parité le deviendront. Parmi elles, l’e-mail, la visio et l’authentification forte.

Face aux GAFAM, Linagora joue la carte d’un hébergement en Europe. Fin 2020, Twake a basculé d’Amazon à OVHcloud. Jaguar Network (filiale d’Iliad) devrait s’ajouter à la liste des hébergeurs.

* OnlyOffice compte, comme Jitsi, parmi les « composants alternatifs » que le Cigref a identifiés dans un récent rapport sur les suites collaboratives. OpenPaaS s’y trouve aussi. Même chose pour un autre service de Linagora : LinShare (partage de fichiers), qu’il est question de connecter sous peu à Twake.

Twake roadmap
roadmap de Twake au 9 mars 2021

Illustration principale © Twake/Linagora

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur 
Avis d'experts de l'IT