Uber recrute son RSSI chez Facebook

DSIProjetsSécurité

Uber, hub pour les VTC (voiture de tourisme avec chauffeur) a annoncé le recrutement d’un responsable de la sécurité informatique. La start-up a débauché le CSO de Facebook, Joe Sullivan.

Il y a quelques semaines, Uber, plateforme qui met en relation les clients avec des VTC (véhicule de tourisme avec chauffeur) a reconnu une intrusion informatique en raison d’une faille dans son système d’information et plus exactement dans sa base de données. En conséquence, la start-up avait averti que les identités et numéro de permis d’environ 50 000 de ses conducteurs aux Etats-Unis avaient pu être divulgués.

Opérant 2 millions de trajets par jour dans 300 villes de 56 pays, l’infrastructure IT et la base de données d’Uber grossit quotidiennement. Si les aspects sécurité ont été pris en compte notamment sous le prisme de la protection des données privées, la jeune pousse a décidé de se doter d’un responsable de la sécurité informatique pour avoir une vision et des réponses plus globales sur les risques.

Un RSSI avec un beau CV

Le poste de CSO (Chief Security Officer) a donc été créé et la première personne à en prendre la charge est Joe Sullivan. Ce dernier vient de passer 6 ans dans cette fonction auprès de Facebook. Il a travaillé auparavant chez Ebay et Paypal, ainsi qu’au département de la Justice sur des affaires de cybercriminalité. Au total, un beau CV dans des sociétés qui ont connu des croissances exponentielles et des questions de sécurité importantes.

Dans un blog, Uber explique qu’il travaille sur deux aspects la sûreté physique des passages (en écho à des affaires d’agressions sexuelles de la part de chauffeurs) et de sécurité des données. Cet écart entre le monde physique et virtuel demande une redéfinition de cette sécurité au regard d’avancées comme le contrôle biométrique ou la surveillance des conducteurs. Toujours dans le blog, Joe Sullivan explique qu’il aura à cœur de définir un cadre entre le physique et le virtuel. « Il y a déjà des bonnes fondations mises en œuvre, je vais donc m’atteler à les renforcer ».

A lire aussi :

L’ouverture des données de transport un casse-tête français

DSI : la gestion du risque s’intègre lentement dans les projets


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur