UK : Microsoft piège les contrefacteurs avec eBay

Régulations

A l’aide du programme VeRO d’eBay, Microsoft a pu piéger un de ses revendeurs britanniques accusé d’avoir contrefait pour 5,25 millions de dollars de logiciels. Mais la politique agressive de Microsoft fait l’objet d’une controverse?

La firme britannique Zoobon faisait l’objet de multiples plaintes de consommateurs quant à la qualité des produits Microsoft qu’elle distribuait via le service d’enchères eBay.

Microsoft s’est donc rapproché de ce dernier et de son programme VeRO, qui repère et élimine les enchères en ligne susceptibles de porter sur des produits contrefaits. A l’aide d’eBay, Microsoft a enquêté durant un an. Il a identifié les sources du trafic et il est remonté jusqu’aux personnes à l’origine de la contrefaçon. Rappelons que Microsoft achète en ligne et anonymement afin de piéger les contrefacteurs et leurs distributeurs. Sans aller jusqu’au procès, Microsoft a négocié avec les personnes derrière Zoobon, le marchand qui pratiquait le trafic de logiciels contrefaits, qui se sont engagées à mettre fin au trafic et à verser des dommages et intérêts à l’éditeur, pour un montant qui n’a pas été révélé. La controverse, sans remettre en cause la menace Même si l’on peut se féliciter des victoires remportées par Microsoft contre la contrefaçon, jusqu’en France (lire nos articles), la lutte contre le piratage menée par l’éditeur est au c?ur d’une polémique. Microsoft en effet est très actif dans les pays occidentaux et industriels, en particulier les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Mais qu’en est-il hors de ces pays et dans les pays émergeants ? Certes, Microsoft conclut régulièrement des accords avec des Etats, soit pour remettre à plat les dérives rencontrées dans leurs administrations, ou pour mettre en place des actions contre les contrefacteurs. Mais ses détracteurs l’accusent d’un certain laxisme? Dans ces pays où la contrefaçon est un mal endémique, Microsoft préférerait laisser faire afin de s’assurer d’occuper la plus large part de marché, même si elle est occulte ! Il en est de même pour Microsoft que de Hollywood ou des majors de la musique. Il est plus facile de s’attaquer au mal là où il est cependant le moins industrieux, mais où les consommateurs payent?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur