Un cloud privé Oracle opérationnel en 2 heures.

DSI

À l’occasion de sa matinée parisienne “Cloud Builder Summit”, Oracle a exposé sa vision du cloud et des problématiques d’intégration. Démonstration en live à l’appui.

Une couche intermédiaire pour simplifier
Une couche intermédiaire pour simplifier

Découpler pour mieux interfacer
Tout cela explique donc la prédominance actuelle (et pour quelques années encore) du cloud Hybride.
Et Oracle (tout comme Microsoft, IBM et autres) ajoute même que ces nouvelles architectures doivent aussi communiquer étroitement avec les logiciels sur site (on-premise). Et là encore, la solution passe par un bus de services partagés, gérant également les éventuelles transformations d’interfaces (vers les périphériques mobiles, machine-to-machine, ou autres).
Après avoir sensibilisé les participants à la sécurité, et au fait que l’essentiel de l’effort doit passer des postes clients vers l’infrastructure du back-office, les spécialistes d’Oracle ont commencé leur démonstration en direct.

La machine à virtualiser les applications
La machine à virtualiser les applications

Pour faciliter la portabilité tout en protégeant une forte intégration, Oracle propose aussi son Virtual Assembly Builder, lancé en 2011 (voir notre article).
Il s’agit d’assembler dans une appliance virtuelle toutes les briques nécessaires à une application multitiers (fonction de WebLogic). Cet ensemble peut alors être déployé sur cloud privé ou public. Une grande flexibilité s’offre alors à l’entreprise qui peut même envisager des scénarii de mirroring.
Et la séparation des fonctions (middleware, données, sécurité…) facilite même les échanges interapplicarifs ou avec l’environnement de déploiement (Oracle , puisqu’il s’agit d’un container Oracle VM).
Un package applicatif tout-en-un (middleware inclus), à la manière de ce que proposer également IBM, Microsoft ou encore des acteurs comme Parallels.

Vers un cycle de vie maitrisé
Vers un cycle de vie maitrisé

Top Chrono !
Deux heures. Le temps qui a suffi à l’ingénieur d’Oracle pour déployer un service cloud de “Test as a Service” à partir de rien. L’informaticien souhaitant déployer ce service se voit alors proposer un catalogue en self-service provisionnant et déprovisionnant automatiquement toutes les ressources matérielles et logicielles nécessaires à une activité de test, en quelques minutes.
Une prouesse illustrant au passage l’intérêt de disposer d’une solution intégrant de manière optimisée matériel, logiciels (systèmes d’exploitation, middleware, etc.) et solution de management et d’orchestration (en l’occurrence, Oracle Enterprise Manager 12c). Et ce, même si la solution accepte aussi de gérer les logiciels et matériels tiers (comme la concurrence – IBM, HP, Microsoft, CA Technologies, Red Hat, VMware, Citrix…). Cela va de soi…
Certes, l’exercice portait sur un service “générique“. Cependant, il obligeait néanmoins à penser aux profils d’utilisateurs, à la notion de catalogue de service, à l’assemblage de services, à l’orchestration…
Bien entendu, il s’agissait de partir de zéro, et donc de s’affranchir de nombreuses contraintes d’un système d’information existant. Pour autant, les participants ont pu constater les bénéfices et tout l’intérêt de l’automatisation et de l’orchestration réellement à l’œuvre.

Lire aussi :

Auteur : admin
Avis d'experts de l'IT