Un membre d'un large réseau de piraterie risque 5 ans de prison

Régulations

La justice américaine ne plaisante plus

Pirater des contenus culturels à grande échelle est devenu un sport à haut risque aux Etats-Unis. Barry Gitarts, 25 ans, membre du groupe Apocalypse Production Group (APC), vient d’être reconnu coupable d’infraction au copyright. Il risque pas mois de 5 ans de prison et 250.000 dollars d’amende, si le tribunal suit les réquisitions du DoJ, le département de la justice.

Le jeune homme était rétribué par APC pour administrer un serveur localisé au Texas qui a été utilisé pour uploader et downloader des centaines de milliers de fichiers illégaux (musique, jeux vidéo, logiciels…).

Selon la justice américaine, APC était un des pourvoyeurs de contenus piratés les plus importants du pays (release group), des contenus qui ensuite circulent sur les réseaux d’échange. Le groupe a sévit entre 1997 et 2004, année du démantèlement du groupe lors d’une vaste opération policière appelée FastLink.

“Pirater de la musique, c’est du vol et vous conduit tout droit dans une prison fédérale”, prévient Chuck Rosenberg, le procureur dans cette affaire.

“Les crimes commis par Gitarts sont sévères, comme le sont les conséquences de ses actes. Les groupes comme APC sont dans le haut de la pyramide du piratage de contenu sur Internet et les actions des autorités fédérales leur ont porté un dur coup”, a déclaré Brad Buckles, vice-président exécutif de la RIAA, la Recording Industry Association of America qui défend les intérêts des Majors du disque.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur