Un premier test pour la TV sur mobile

Régulations

Canal+, SFR, TowerCast et Nokia ont présenté un terminal doté d’une puce DVB-H permettant la diffusion en direct de chaînes de télévision. Orange et ses partenaires s’apprêtent à faire de même

La TV sur mobile devient une réalité. Les acteurs du marché, qu’il s’agisse des équipementiers ou des chaînes de télévision, passent à la vitesse supérieure. La TV sur mobile représente un très juteux marché. Le succès de la TV sur terminaux 3G (qui utilise le streaming) conforte les ambitions de chacun…

Après les multiples alliances et la mise au point de la puce DVB-H qui permet de recevoir les programmes en direct via les ondes hertziennes, les premiers tests ont eu lieu. Canal+, SFR, TowerCast et Nokia ont présenté une expérimentation à Paris à partir d’un mobile Nokia 7710 doté d’un module DVB-H. Trois chaînes étaient disponibles: Canal+, iTélé et Planète. Dérivé de la TNT, le DVB-H permet une diffusion à l’intérieur des bâtiments et en mouvement. Des expérimentations de TV mobile embarquée dans des voitures sont également en cours (lire notre article). Le consortium va ensuite lancer en septembre 2005 à Paris un test en grandeur nature auprès de 500 abonnés SFR et Canal+. Canal+ et SFR ne sont pas les seuls sur ce terrain. France Télécom, Bouygues, TPS, Orange et Bouygues Telecom devraient très vite leur emboîter le pas avec un test similaire avant l’été. L’expérimentation portera sur un panel d’un minimum de 200 clients et permettra de valider les aspects techniques (réseaux, couverture, terminaux, réception en mobilité et indoor?), l’usage et les modèles économiques possibles et l’utilisation d’un contrôle d’accès en mobilité avec Viaccess. Dans le reste de l’Europe, accords et tests se multiplient également. Nokia travaille ainsi sur des projets de TV sur mobile en Finlande, en Allemagne, en Grande-Bretagne. Samsung Electronics de son côté annonce qu’il fournira des téléphones portables pouvant recevoir des programmes de télévision numérique à T-Systems, filiale de l’opérateur allemand Deutsche Telekom, pour des tests prévus cette année. La TV sur mobile devrait être la véritable ‘cash-machine’ du secteur dans les prochaines années. Opérateurs et éditeurs en sont certains. Une étude menée en Allemagne par Nokia, premier fabricant mondial de mobiles et par Vodafone, premier opérateur mondial de téléphonie mobile, révèle que 80% des consommateurs attendent ce service et sont prêts à dépenser 12 euros par mois pour y accéder! Une autre étude, récente, confirme ces prévisions optimistes. Selon le cabinet Informa Telecoms, en 2010 on comptera 124,8 millions d’utilisateurs pour ce service. Selon l’auteur de ce rapport, la technologie DVB-H, soutenue et développée notamment en Europe représentera à cette date 60% du marché. Les combinés capables de diffuser de la TV en direct s’écouleront à 83 millions d’exemplaires en 2010 contre 130.000 en 2005. Pour autant, de nombreux obstacles subsistent. Dans chaque pays, se posera le problème de la régulation d’un tel service. Par ailleurs, les fabricants de mobiles devront concevoir des combinés et surtout des batteries à plus grande autonomie. L’affichage de la TV est très consommateur en énergie! TV sur mobile: focus

La télévision mobile n’existe pour l’heure que sous forme de ‘streaming’ (diffusion en continu) ou de vidéo à la demande sur les terminaux de nouvelle génération. Tout l’enjeu est de transformer l’appareil en récepteur de télévision. La TV sur mobile ne dépend pas de la capacité des réseaux. Inutile d’avoir accès au GPRS ou à l’UMTS pour supporter ce nouveau service. La diffusion se fait tout simplement par les voies hertziennes, comme la bonne vieille TV du salon. La réception de programmes est possible grâce à l’ajout d’une puce ou d’un module DVB-H au terminal. Le marché prend aujourd’hui une nouvelle dimension avec le lancement d’un puce non propriétaire destiné aux fabricants de combinés. Cette puce a été développée par le français DibCom. Ce circuit intégré est capable de démoduler les siganux DVB-H et DVB-T (utilisé dans l’industrie automobile pour recevoir la TV en roulant). Le développement de la puce a été réalisé en étroite relation avec les fabricants de combinés qui ont listé leurs besoins. “la demande la plus importante concernait la consommation”, explique Yannick Lévy, p-dg de DibCom. “Notre puce, troisième génération de circuit de transmission, a une consommation très faible, de l’ordre de 20 mW grâce à l’optimisation du signal. Ainsi, ce circuit ne pénalise pas la durée de vie de la batterie, un écran rétro-éclairé consomme par exemple plus que le module DVB-H”. “Pour le moment, nous travaillons à démontrer l’efficacité de la technologie. Dans un deuxième temps, nous allons travailler à l’intégration de la puce dans la gestion des services applicatifs. Le but est de faire converger plusieurs services: regarder un clip en direct et acheter le disque par exemple”, explique le p-dg. Pour les fabricants de combinés, le surcoût de cette puce sera environ de 20 dollars par unité pour un mobile de dernière génération. Un surcoût appelé à baisser en fonction du décollage de la production. En France, la TV sur téléphone mobile fait partie du programme du gouvernement. “Avec d’une part un écran pratiquement toujours disponible dans la poche d’un nombre croissant d’utilisateurs et d’autre part une habitude prise de payer pour accéder à un contenu ciblé, l’arrivée de services vidéo mobiles s’annonce comme un marché particulièrement prometteur”, expliquait Patrick Devedjian, ancien ministre délégué à l’Industrie, en lançant un forum à Bercy.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur