Pour gérer vos consentements :

Un Raspberry Pi Zero rénové, en attendant de nouveaux Pi 3

Le Raspberry Pi Zero est une sucess story à part entière dans l’histoire des cartes mères ARM low cost de la Fondation Raspberry Pi. Cette machine ultra compacte (6,5 x 3 x 0,5 cm) et très abordable (5 dollars officiellement ; un peu plus dans la pratique) en fait la star des électroniciens.

Et peu importe que son processeur soit un antique Broadcom BCM2835 (1 cœur ARM11 à 1 GHz), que la mémoire reste limitée à 512 Mo, qu’il faille des adaptateurs pour profiter pleinement de l’HDMI et de l’unique port USB et qu’il soit nécessaire de souder les entrées/sorties : prix et compacité l’emportent.

Bientôt accessibles plus largement ?

Restent deux écueils : l’absence d’un port pour les capteurs d’images des Raspberry Pi. Un défaut corrigé aujourd’hui, avec le lancement d’une nouvelle version du Pi Zero, la 1.3, qui propose le connecteur tant demandé. Notez qu’un câble spécifique sera requis pour connecter le Raspberry Pi Zero 1.3 aux caméras standards du Pi.

Second souci : les stocks. Malgré une limitation imposée à un Pi Zero par client, il reste très difficile à trouver. Pour cette nouvelle édition, un stock initial de 30 000 machines a été transmis aux revendeurs Adafruit, Pimoroni et The Pi Hut, ainsi qu’à certaines boutiques d’électronique britanniques. Quelques heures plus tard, impossible de trouver le Pi Zero dans sa version de base, seuls les kits restant accessibles.

La Fondation Raspberry Pi promet toutefois d’en assembler plusieurs milliers par jour, jusqu’à ce que la demande soit résorbée. Une opération rendue d’autant plus complexe que le Pi Zero, de par son prix, est devenu presque un objet de mode, et s’attire les faveurs de geeks non électroniciens, souhaitant juste… en posséder un. Quoi qu’il en soit, la situation devrait se stabiliser dans les mois à venir, et la limite d’une machine par utilisateur être levée.

De nouvelles offres sur base 64 bits ?

Lors du lancement du Raspberry Pi 3 Model B fin février (voir l’article « Le Raspberry Pi 3 passe au 64 bits ! « ), la Fondation Raspberry Pi avait indiqué que cette plate-forme ARM 64 bits low cost serait déclinée sous d’autres formes. Un Model A, plus compact que le B et mieux équipé que le Zero, est bien évidemment une des versions les plus attendues. Surtout si le WiFi et le Bluetooth du Model B sont conservés.

Le Compute Module, toujours sur base ARM11, est lui aussi espéré en version Cortex-A53. Ce produit n’a pas eu le succès espéré, du fait d’un prix un peu élevé au regard des performances proposées. Toutefois, des offres comme le WD 2.5″ SATA-to-Raspberry Pi Adapter Board (transforme un Compute Module en ordinateur à prise Sata), le Media Stick for Raspberry Pi (change le Compute Module en ordinateur clé USB), le Slice (mediacenter complet) ou encore les cartes Gumstick (prêtes à l’emploi) ou Geppetto (sur mesure) rehaussent l’intérêt pour cette solution et devraient tirer profit de l’arrivée d’un Compute Module 3.

À lire aussi :
Raspbian améliore le Bluetooth du Raspberry Pi 3
10 questions pour connaître le Raspberry Pi 3 (quiz)
Le Raspberry Pi 3, première machine desktop ARM ?

Recent Posts

Orange : qui est Christel Heydemann, la nouvelle directrice générale ?

Christel Heydemann devrait être nommée directrice générale du groupe Orange ce 28 janvier. Retour sur…

1 heure ago

ESN : Inetum reprise par Bain Capital

Le fonds qatari Mannai qui possède 99% du capital d'Inetum est entré en négociation exclusive…

3 heures ago

CircleCI étend son offre gratuite face à GitHub Actions

CircleCI a procédé à un élargissement de son offre gratuite. Comment se positionne-t-elle désormais par…

4 heures ago

Log4j : SolarWinds rattrapé par la faille

On a découvert, dans l'un des logiciels de SolarWinds, une faille susceptible de favoriser des…

6 heures ago

Cloud : 4 points à retenir du rapport Aryaka

Adoption cloud, espace de travail hybride, convergence réseau et cybersécurité… La migration monte en puissance.

3 jours ago

Automatisation et emploi : pourquoi l’Europe peut mieux faire

Impactés par l'automatisation, 12 millions d'emplois seraient détruits dans 5 pays d'Europe, d'ici 2040. La…

3 jours ago