Un réseau de 22 pirates démantelé en France

Régulations

Une unité spéciale de la gendarmerie a mis fin aux agissements d’un réseau de cybercriminels

Les efforts des autorités françaises semblent porter leurs fruits. La section de recherches de Dijon a réalisé l’arrestation d’un réseau de 22 pirates. Agés de 14 à 25 ans, les différents membres du cybergang officiaient depuis l’Ile-de-France, la région PACA, les Midi-Pyrénées et le Centre.

Les jeunes pirates sont accusés de “s’être introduits frauduleusement dans les sites de 34 sociétés, en France mais aussi en Russie et en Islande, avec la volonté d’y créer des dommages“, a précisé Jean-Pierre Alacchi, le procureur de la République de Dijon qui précise que l’enquête a duré 4 mois mobilisant 90 gendarmes.

Outre la “destruction complète de fichiers clients“, le réseau est également accusé d’avoir, par la création de faux sites, soutiré des informations bancaires grâce à la technique du phishing ou hameçonnage. Selon le site spécialisée Zataz, les prévenus, qui appartenaient à un forum de 200 pirates, n’auraient pas nié les faits.

Si le montant du préjudice n’a pas encore pu être chiffré, « l’addition » possible pour les faits constatés est déjà connue : une peine de 2 ans de prison assortie d’une amende de 30.000 euros pour simple intrusion ou une peine de 5 ans de prison, complétée d’une amende supérieure si des dégradations sont constatées. Le procès devrait se tenir d’ici trois à quatre mois.

Ce coup de filet conforte sans aucun doute le ministère de l’Intérieur. Rappelons qu’au mois de février dernier, Michèle Alliot-Marie avait, lors d’une visite à Nanterre, dévoilé son nouveau plan de lutte contre la cybercriminalité.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur