Une étude Gartner incite à la prudence sur Firefox. Motifs?…

Sécurité

Des analystes de Gartner mettent en garde les entreprises: ne pas basculer sur Firefox trop rapidement?

Dernier épisode en date de l’histoire de Firefox, le navigateur alternatif et ‘Open Source’ de la Fondation Mozilla : pour le Gartner Group, la progression de Firefox serait due à des arguments qui ne sont pas ”

soutenables en soi” ! Selon la société d’études, Firefox profite de fonctions très appréciées par les utilisateurs. Mais surtout, le navigateur alternatif serait appuyé par des sociétés extérieures, comme Google, qui le supportent. Pour Gartner, le succès de Firefox serait donc artificiel et lié aux ‘gadgets’ que propose le navigateur. Et il serait ciblé vers les individus, et non vers les entreprises [qui, comme chacun sait, ne sont pas constituées de personnes individuelles mais d’employés collectivistes…]. Et voici la menace: au fur et à mesure que Firefox gagnera des parts de marché, il deviendra de plus en plus la cible de codes malveillants! Gartner rappelle que Microsoft dispose de la capacité à faire évoluer Internet Explorer, et nous rassure: le navigateur leader reprendra sa place avec ‘Longhorn’, le futur Windows attendu pour la fin 2006. Pour Gartner, il est donc préférable d’attendre. Ou, à la rigueur, de planifier une coexistence des deux navigateurs? plus tard! Un argumentaire pro-Microsoft La logique du Gartner Group est parfois surprenante. Ainsi les trois analystes de l’étude, R. Valdes, D. Smith et W. Andrews, font l’apologie de la capacité de Microsoft à réagir face à sa concurrence. Certes, Microsoft dispose de ressources, mais faut-il pour autant dénigrer un navigateur qui pourrait être mieux sécurisé, dans l’attente d’un nouveau produit plus performant signé Microsoft, qui n’arrivera pas avant 2006 ? Le succès de Firefox serait en partie porté par ses partenaires? Certes, Google fournit à la Fondation Mozilla son infrastructure de téléchargement. Certes, la ‘toolbar‘ A9 d’Amazon.com vient d’être adaptée à Firefox. En revanche, les outils adaptés au navigateur alternatif sont encore exception, alors qu’ils sont pléthore pour Internet Explorer ! Preuve aussi qu’IE peut être largement amélioré, et sans doute à moindre coût. Mais le plus étonnant dans cet argumentaire du Gartner, ce sont les excuses concédées aux faiblesses d’IE : “Parce que IE est intégré dans le système d’exploitation Windows, les failles dans IE ont un plus grand impact que celles d’un navigateur indépendant“. Ou encore: “L’utilisation de contrôles ActiveX comme vecteurs de ‘spyware’ cause également plus de problèmes de ‘spyware’ dans IE“. Il faudrait donc conserver IE parce que ce n’est pas la faute d’IE s’il est fragile ! Et parce que Microsoft finira bien par améliorer IE, ou tout du moins Windows, même s’il faut attendre le changement de Windows en Longhorn… Question d’interprétation ! Est-ce une coutume désormais chez Gartner? Voici quelques mois, au moment où se multipliaient des preuves de réduction des coûts possible avec Linux, le groupe d’études démontrait le contraire: il expliquait que Windows était plus économique. Cette complaisance, sinon proximité, de Gartner à l’égard de Microsoft laisse planer quelques doutes et interrogations. Les conclusions de cette analyse sont en opposition avec les recommandations de plusieurs experts en sécurité.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur