Une loi interdira les offres d’emploi en enchères inversées

Régulations

En invalidant le montant du salaire d’un contrat de travail conclu à l’issue d’enchères inversées, le gouvernement met un coup de frein aux sites d’offres d’emploi qui pratiquent cette méthode inversée et très… controversée

Les propositions d’emplois sur des sites d’enchères inversées visant à offrir le poste au moins disant, initiée par un site Web des Allemands (Jobdumping.dr ouvert en 2004), a fait l’unanimité contre elle dans le monde salarial et syndical.

Elle a été adoptée par un site Web français, Jobdealer.net, surfant sur la vague de la nouveauté dès le mois de novembre 2005. Il pourrait bien être le dernier ! En effet, pour faire face au consensus qui s’oppose à cette méthode, la députée UMP Nathalie Kosciusko-Morizet à proposer un abonnement visant à réglementer ces pratiques. Le texte a été en partie adoptée avec la procédure du 49.3, le reste sera examiné par les sénateurs. Dès la parution du décret d’application, la loi stipulera que “l’employeur ne peut se prévaloir des stipulations d’un contrat de travail conclu à l’issue d’enchères inversées portant sur le montant du salaire.” À la réflexion, il est peu probable qu’un employeur se risque à engager dans ces conditions un salarié, la loi à un résident le salaire qui lui est proposé contractuellement, ce qui représente une porte ouverte à toutes les procédures prud’homales.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur