Une mise à jour Windows plante une équipe de basket

DSIOSPCPoste de travailProjets

Une équipe de basket allemande a été dépossédée de sa victoire et risque la relégation en raison d’une mise à jour Windows trop lente.

L’histoire n’est pas banale, mais elle montre ô combien l’informatique n’est pas une science exacte et qu’elle demeure une affaire de patience. Le 13 mars dernier, deux équipes de basket, Chemnitz Niners et Paderborner Finke Baskets se sont rencontrées sur le terrain de ce dernier. Le club est en difficulté cette saison et se devait de gagner pour se maintenir en deuxième division, rappelle nos confrères de Motherboard qui relate cette histoire. Chose faite sous le score de 69 à 62.

Oui mais voilà, la joie des supporter de Praderborner fut de courte durée. En effet, l’équipe adverse a déposé une réclamation pour invalider le match. En cause, le retard pris pour débuter la rencontre qui a dépassé les 15 minutes réglementaires. La raison de ce délai : une mise à jour automatique de Windows. Le club hôte dispose d’un ordinateur portable qui gère le tableau d’affichage, le chronomètre et l’horloge des 24 secondes. Il est traditionnellement installé 1h30 avant le début du match. Sauf que le 13 mars, rien n’a fonctionné comme prévu. Lors de l’échauffement des deux équipes, l’ordinateur a planté et le technicien a redémarré la machine. C’est à ce moment que Windows (en version 7 Professionnel) a lancé une mise à jour automatique qui s’est éternisée. L’arbitre a demandé la mise en place d’une solution de remplacement. Ce qui fut fait, mais l’installation et le paramétrage ont retardé le début du match de 25 minutes.

Or selon le règlement invoqué par l’équipe de Chemnitz Niners, ce retard ne peut excéder 15 minutes. La fédération allemande lui a donné raison et a donc annulé la victoire de Paderboner qui se retrouve avec 1 point en moins et s’approche encore un peu plus de la relégation. Les dirigeants ont décidé de faire appel de cette sanction. Ils réfléchissent aussi à se passer de Windows pour investir dans des équipements Apple.

A lire aussi :

La mise à jour qui plante Windows Update
Windows Server 2003 : une fin de vie à 100 milliards de dollars

Crédit Photo : Motherboard

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur