Unika, dernier fabricant de PC : une issue possible ?

Cloud

Il est le dernier grand constructeur français de PC. Si une solution de reprise n’est pas trouvée, la liquidation judiciaire pourrait intervenir dans les prochaines semaines…

Evoluant à contre sens des industriels du secteur, Unika avait fait le choix de ne pas délocaliser sa production, installée en Seine-et-Marne. Un choix honorable, mais une stratégie économiquement hasardeuse sur un marché où la guerre des prix est une composante essentielle.

Les assembleurs de cette famille se justifiaient aussi longtemps que les grands constructeurs n’avaient pas investi le segment de l’entrée de gamme et de la grande distribution. Mais avec des PC de marque proposés à moins de 500 euros, il est devenu difficile de rester concurrentiel, et surtout de conserver une production de masse, la seule qui permette d’obtenir des prix réellement concurrentiels.

Unika l’a appris à ses dépens. Sa production n’a cessé de chuter, passant de 200.000 PC en 2003 à 80.000 en 2005. Carrefour l’a longtemps soutenu mais a cédé aux sirènes des grandes marques. De plus, ce constructeur a raté la marche du PC portable, le seul à garantir encore un semblant de marge et des volumes.

L’entreprise a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de Commerce de Meaux, le 3 juillet dernier.

Ses dirigeants vont devoir se livrer, le 4 septembre prochain, au difficile exercice de ‘vendre’ au tribunal leur projet de redressement. S’ils échouent, les juges enterreront le dernier grand fabricant de PC français !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur