Unisys lance des mainframes payables ‘au compteur’

Régulations

Ils s’appellent ClearPath Plus Libra 500: c’est la première gamme de “mainframes évolutifs et modulaires”, de génération ‘Open Source’: ils fonctionnent selon le principe de la “facturation au compteur”

L’objectif numéro un: répondre aux contraintes de contrôle des coûts et de réduction des dépenses. Chez IBM et d’autres, on a baptisé cette nouvelle démarche “on demand”. Chez Unisys, on insiste sur le choix de l'”

Open source“, de l’architecture Java J2EE. D’où, l’argument de “souplesse” et de “meilleure visibilité de l’infrastructure de traitement chez le client“. Pour concevoir cette nouvelle génération, Unisys a mobilisé toutes les technologies les plus récentes. Le constructeur confirme un modèle économique de “facturation au compteur” en fonction des ressources consommées. Au coeur de l’offre ClearPath Plus Libra 500, figure “Utilization Sentinel“: un nouveau module de la suite Sentinel. Il “permet aux clients d’accéder instantanément à leur réserve de ressources systèmes, de mesurer de manière précise l’utilisation totale de ces mêmes ressources -tout cela pour ne payer que les incréments de ressources effectivement consommées“. Un utilisateur témoigne

Ce modèle de facturation au compteur nous permettra d’exploiter plus efficacement la puissance du ‘mainframe’ avec une économie de près de 30%,” témoigne René Groot, directeur des systèmes d’information de Hooge Huys, filiale Assurance de SNS Reaal Group. “Pour la première fois, nous serons capables d’aligner la capacité de nos systèmes avec notre profil de charge tout en payant uniquement les ressources effectivement consommées. Nous pourrons enfin contrôler nos coûts sans sacrifier la qualité de service.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur