Pour gérer vos consentements :

Les acteurs IT se mobilisent en ligne contre les « patent trolls » en Europe

Le brevet unitaire européen a été adopté par le Parlement européen en décembre 2012 pour assurer une protection uniforme des inventions dans les États membres de l’UE sur la base d’un guichet unique. Sa mise en oeuvre effective était prévue en 2015, mais elle ne devrait pas se faire avant 2016-2017… En cause : l’absence de consensus entre États européens (seuls 5 pays, dont la France, l’avaient ratifié en début d’année) et les pressions exercées par différents acteurs. Pour l’industrie IT, le brevet unitaire risque de profiter aux « patent trolls ». Ces entités pour lesquelles l’exploitation de brevets (de la concession de licences à l’action en justice) constitue la principale activité lucrative. Pour mieux les combattre, une alliance d’industriels affûte sa communication.

Les grands groupes comme les PME souffrent des « patent trolls »

Après deux années d’intense lobbying visant à amender le projet de brevet unitaire, 16 organisations et grands groupes*, parmi lesquels : Google, HP, Intel, Microsoft, Samsung, Dell, ARM, Bull, mais également l’Afdel (association française des éditeurs de logiciels et solutions Internet), le SFIB (syndicat des technologies de l’information) et l’association européenne de l’industrie des semiconduteurs Esia, ont lancé industrycoalition.eu, le site de leur « UPC Industry Coalition ».

Des témoignages – dont ceux de PME impactées par des procès « abusifs » pour violation de brevets –, des infographies et des recommandations pour un « système de brevet unitaire efficace et équilibré » y sont présentés. Le message est clair : les « trolls de brevets » ne doivent pas s’étendre en Europe. Ils polluent déjà, et depuis des années, l’activité économique des États-Unis. D’après une étude américaine publiée en 2012, le phénomène a causé 29 milliards de dollars de coûts directs en 2011 pour quelque 5 800 entreprises attaquées en justice ou menacées de poursuites. Les grands groupes ont payé plus de la moitié de ces coûts directs, mais la plupart des accusés étaient des PME…

*Actogenix, Adidas, Adlon, Afdel, ARM, Bull, Dell, Deutsche Post DHL, Elkamet, ESIA, Google, HP, Intel, Microsoft, SFIB, Samsung.

Lire aussi :
L’invasion des « trolls de brevets » se confirme

crédit photo © RTimages – Fotolia.com

Recent Posts

ESN : DXC cherche (encore) à se vendre

DXC Technology confirme des discussions avec un "sponsor financier". La société de capital-investissement BPEA serait…

11 heures ago

Cybersécurité : pourquoi Pradeo s’offre la start-up rennaise Yagaan

En prenant le contrôle de Yagaan, Pradeo dit engager la consolidation entre acteurs français de…

15 heures ago

6 casques VR pour le métavers d’entreprise

Quelles portes d'entrée dans les métavers B2B ? Côté casques, voici six modèles d'autant de…

15 heures ago

ESN 2022 : le top 10 en France

L'année 2021 est marquée par une croissance de 12 % pour les ESN et ICT,…

16 heures ago

OpenStack assouplit sa politique de saut de version

OpenStack va simplifier le basculement entre des versions majeures non consécutives, avec les mêmes garanties…

19 heures ago

5 scale-up françaises de cybersécurité à retenir

De Ledger à HarfangLab, des entreprises et start-up françaises de sécurité cyber et protection de…

1 jour ago